Un important projet d’usine de fabrication de masque N95 à Tracadie

Une entreprise spécialisée dans la santé et la sécurité au travail de Tracadie est à la tête d’un important projet de construction d’une usine de fabrication de masques N95 dans la Péninsule acadienne, a appris l’Acadie Nouvelle.

L’endroit visé pour le moment est une bâtiment désaffecté à l’intersection de la route 11 et du chemin Val-Comeau, dans le secteur de la Pointe des Robichaud, dans le sud de la Municipalité régionale de Tracadie.

La compagnie Alpha Plus santé et sécurité, installée dans le parc industriel de la MRT, négocie actuellement l’achat de l’édifice qui a notamment servi de magasin de vente de meubles et de lieu de libre entreposage, a aussi appris le journal.

L’entreprise péninsulaire a également un oeil intéressé sur deux autres bâtiments situés dans le secteur de Caraquet.

La présidente de l’entreprise tracadienne, Fanny Pallot, est aussi à la tête de Alberta Safety First, une compagnie située à Edmonton, en Alberta, depuis une quinzaine d’années.

Joint par le journal vendredi, la femme d’affaires n’a pas voulu trop en dire. Elle a cependant admis que ça faisait plus que quatre mois qu’elle travaillait sur ce projet et que cela demanderait un investissement de plusieurs millions $, sans préciser le nombre d’emplois créé.

 

Au Nouveau-Brunswick, une compagnie de Saint-Édouard-de-Kent a été appelée à fabriquer des écrans transparents de protection en plastique ce printemps. Une usine de la région d’Edmundston a aussi été sollicitée pour fournir de la pâte de papier pour la fabrication de masques non chirurgicaux à un compagnie de l’État de New York.

Au Canada, les respirateurs N95 sont réglementés par Santé Canada en tant qu’instruments médicaux de classe I et sont fabriqués ou importés par des entreprises titulaires d’une licence d’établissement pour les instruments médicaux. Ils sont également homologués par le National Institute for Occupational Safety and Health des États-Unis.

«Tous les instruments médicaux fabriqués, importés ou vendus au Canada doivent respecter 11 exigences fondamentales du Règlement sur les instruments médicaux, en matière de sûreté et d’efficacité. Ils doivent également être étiquetés conformément aux exigences qui régissent l’étiquetage», a laissé savoir Santé Canada dans un échange de courriels avec le journal.

L’organisme fédéral ajoute qu’elle a émis des lignes directrices qui fournissent les renseignements requis aux fabricants concernant la préparation et la présentation d’une demande pour obtenir l’autorisation en vue de fabriquer, d’importer ou de vendre des instruments médicaux destiné à être utilisé à l’égard de la COVID-19 au Canada.

Le masque N95 est conçu de manière à conférer une protection respiratoire à la personne qui le porte. Son niveau d’efficacité de filtration est de 95% ou plus contre les particules aérogènes exemptes d’huile, selon diverses informations.

Les masques médicaux et les respirateurs contribuent à protéger les fournisseurs de soins de santé et à ralentir la propagation de la maladie de la COVID-19. Ils doivent être réservés aux fournisseurs de soins de santé et aux autres personnes fournissant des soins directement à des patients atteints de la COVID‑19.

Les masques et les respirateurs doivent être utilisés avec une protection oculaire appropriée (par exemple, un écran facial ou des lunettes protectrices) pour faire en sorte que les yeux, le nez et la bouche soient complètement couverts.

Deuxième vague appréhendée

Le projet serait lié à la possibilité d’une deuxième vague appréhendée de propagation du coronavirus et dans le contexte d’une forte hausse de la demande du produit qui entraînerait une pénurie.

L’entreprise de Tracadie a également demandé au conseil municipal, lundi, et au département d’urbanisme de la Commission des services régionaux de la Péninsule acadienne de modifier les règles de zonage de ce secteur.

Les élus de la MRT ont également accepté d’accorder au groupe un permis temporaire de construction.

Le maire Denis Losier a déclaré qu’il en savait peu sur cette initiative.

«Ce serait un projet de développement économique majeur, a-t-il dit. Les investisseurs visent une propriété dans le secteur de Val-Comeau. Mais c’est encore très embryonnaire.»

Cédric Landry, responsable des communications au sein de la CSR-PA, a également confirmé qu’une demande de changement de zonage de ce secteur a été récemment déposée.

«Nous sommes en train de faire la cueillette d’information auprès du demandeur», a-t-il signalé.

En août, le gouvernement fédéral et l’Ontario se sont engagés à produire 100 millions de masques N95 de qualité médicale par année aux installations de 3M à Brockville. Au début de la crise de la COVID-19, le Canada a eu des difficultés à s’approvisionner en masques et autre équipement sur le marché mondial très sollicité.