Parti libéral: les députés choisiront leur chef par intérim dès le 29 septembre

Les députés du Parti libéral choisiront leur chef par intérim le 29 septembre. Celui ou celle qu’ils désigneront deviendra aussi le chef de l’opposition officielle à l’Assemblée législative.

Les 17 élus libéraux avaient rendez-vous à Fredericton, mardi, pour la première fois depuis les élections du 14 septembre.

Ils ont décidé de se donner un nouveau chef par intérim le plus rapidement possible afin d’être prêts à affronter le nouveau gouvernement progressiste-conservateur majoritaire de Blaine Higgs.

«Le gouvernement a déjà commencé à prendre position sur différents dossiers et nous ne voulons pas être mis de côté. Nous voulons être capable de critiquer les décisions qui seront prises ou les (applaudir) si elles sont bonnes», affirme le porte-parole du caucus, le député Denis Landry.

Les députés qui souhaitent succéder à Kevin Vickers de façon intérimaire ont donc une semaine pour signaler leurs ambitions auprès de leurs collègues.

Si plus d’un élu se porte candidat pour devenir chef de l’opposition officielle, un vote aura lieu lors de la rencontre du 29 septembre.
Selon M. Landry, au moins deux députés ont déjà exprimé un certain intérêt pour le poste.

Denis Landry, qui occupait jusqu’à tout récemment le poste de chef de l’opposition officielle puisque M. Vickers n’était pas député, a déjà indiqué qu’il ne serait pas candidat pour redevenir chef par intérim.

Kevin Vickers a démissionné de son poste de chef du Parti libéral le soir des élections après avoir échoué à se faire élire dans la circonscription de Miramichi.

M. Vickers a participé à la rencontre de mardi à Fredericton afin de faire ses adieux aux caucus.

«C’était un petit peu pénible pour tout le monde. Nous avons quand même travaillé avec ce Monsieur-là durant une année et demie», confie Denis Landry.

Le Parti libéral a fait élire cette fois-ci quatre députés de moins qu’en 2018. Les libéraux comptent cependant deux nouveaux élus dans leurs rangs, René Legacy (Bathurst-Ouest-Beresford) et Éric Mallet (Shippagan-Lamèque-Miscou), en plus du député indépendant Robert Gauvin qui s’est joint au caucus libéral après avoir d’abord été élu sous la bannière progressiste-conservatrice il y a deux ans.

Les députés libéraux sortants Monique LeBlanc, Andrew Harvey et Stephen Horsman ont été défaits. Le parti n’a pas pu non plus conserver la circonscription de Moncton-Sud après le départ de Cathy Rogers.