Feu vert aux Néo-Brunswickois qui ont un chalet au Témiscouata

Les propriétaires de résidences secondaires au Témiscouata pourront traverser la frontière au cours des prochains jours afin de fermer les lieux et récupérer leurs effets personnels.

Surpris par la fermeture de la bulle régionale Témiscouata-Madawaska, la semaine dernière, plusieurs des Néo-Brunswickois qui possèdent des chalets ou des résidences secondaires au Témiscouata n’avaient pas eu l’occasion de fermer les lieux pour l’hiver.

La Santé publique, en collaboration avec la Sécurité publique, les autorise toutefois à compter de mercredi et jusqu’au 30 septembre d’y retourner une seule fois pour une période maximum de 24 heures.

Les personnes qui doivent se rendre au Témiscouata ou revenir de cette région dans ce but devront enregistrer leur déplacement sur le site du gouvernement et s’en tenir à l’essentiel.

Les visites aux magasins, les arrêts inutiles et les interactions avec des personnes à l’extérieur de leurs bulles seront notamment interdits.

«Les personnes qui effectuent le trajet plus d’une fois seront tenues de s’isoler pendant 14 jours», précise la Sécurité publique dans un courriel.

À leur arrivée au Nouveau-Brunswick, les propriétaires devront avoir en main toute la documentation nécessaire ainsi qu’une preuve de propriété ou de location de chalet.

1 nouveau cas au Témiscouata mardi

Jeudi dernier, le gouvernement provincial annonçait la fermeture de la bulle Madawaska-Témiscouata en raison de l’éclosion de cas dans la région du Bas-Saint-Laurent, au Québec.

À ce moment, on comptait une quinzaine de cas dans le MRC de Témiscouata. Vingt-et-un étaient actifs en date de mardi.

Dans les MRC de Kamouraska, Rivière-du-Loup et Rimouski-Neigette, ou le virus a frappé plus fort, on dénombre respectivement 14, 54 et 16 cas actifs au moment d’écrire ces lignes.

Le Bas-Saint-Laurent demeure au deuxième palier, c’est-à-dire en mode «préalerte»

Éclosion toujours en cours

Plus à l’est, le nombre de personnes infectées à la COVID-19 continue de grimper à l’intérieur de la région administrative de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Les instances sanitaires rapportent 16 nouveaux cas. Et ce qui inquiète, c’est que ces nouveaux cas rapportés se trouvent dans la MRC d’Avignon, soit celle avec laquelle la province a convenu d’un jumelage au mois d’août dernier. Cette MRC, rappelons-le, a vu son niveau d’alerte régionale être relevé d’un cran mardi, passant du vert (vigilance) au jaune (préalerte).

Selon le plus récent bilan des autorités gaspésiennes, l’éclosion en cours dans ce secteur est désormais rendue à 25 cas, neuf de plus que la veille. De ce nombre, on compte neuf cas actifs à l’intérieur du Centre d’hébergement de soins de longues durées de Maria (+2) et 16 dans la communauté (+7).

Pour l’ensemble de la Gaspésie, donc pour la somme des six MRC, le total des cas positifs se chiffre à 38.

En dépit de cette hausse continue de cas de COVID-19 à l’intérieur de cette MRC le gouvernement du Nouveau-Brunswick n’a pas jugé bon de resserrer les mesures à ses frontières comme elle l’a fait pour la MRC du Témiscouata.