COVID-19: Le CCNB perd des étudiants, mais limite les dégâts

Le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick doit composer avec une baisse de ses inscriptions à la rentrée, causée en partie par la pandémie. L’équipe de direction estime pourtant avoir réussi à limiter la casse.

Selon les données préliminaires en date du 18 septembre, 2038 étudiants fréquenteront l’établissement cette année. Ils seront 114 de moins qu’à l’ouverture de la précédente rentrée collégiale.

Étonnamment, le déclin concerne davantage les étudiants canadiens, dont le nombre est passé de 1502 à 1407(-95).

Cette évolution s’explique notamment par la disparition de formations dans certains campus, avance Juan Manuel Toro Lara, gestionnaire des services aux étudiants internationaux et du recrutement. Confronté à beaucoup d’incertitude, le collège a choisi de suspendre neuf de ses programmes pour la rentrée 2020.

«L’offre n’était pas disponible dans toutes les régions, ça peut avoir eu un impact sur la décision de s’inscrire ou pas. Peu de candidats nous ont dit que le nouveau mode d’enseignement hybride (à distance et en personne) les a poussés à ne pas s’inscrire.»

L’an dernier, le CCNB avait enregistré une hausse de 10% de ses inscriptions, notamment grâce à une augmentation du nombre d’étudiants étrangers.

La COVID-19 a mis un coup d’arrêt à cette croissance. Ils seront 631 étudiants étrangers à rejoindre les bancs d’un des cinq campus de l’institution, contre 650 l’an dernier. Ils représentent désormais 31% de la population étudiante.

La fermeture des ambassades canadiennes leur a mis des bâtons dans les roues, bloquant le traitement des dossiers.

«Des étudiants n’ont pas pu se rendre au Nouveau-Brunswick, en raison des restrictions liées aux voyages et parce que leur dossier n’a pas été traité à temps», indique Juan Manuel Toro Lara.

«Habituellement, notre équipe fait des suivis individuels à partir de mars ou avril. Cette fois, on a commencé dès décembre pour les encourager à déposer tôt leur demande de permis d’étude. Lorsque la pandémie a commencé, beaucoup avant déjà commencé leurs démarches, ça nous a permis de limiter les dégâts»

Le collège a notamment déployé des efforts importants pour mettre en place un plan de quarantaine pour les recrues en provenance de l’extérieur de la province. Ceux arrivant par avion étaient logés dans un hôtel de Moncton pendant deux semaines, ceux arrivant par voie terrestre étaient hébergés à Edmundston. Pas moins de 191 nouveaux étudiants internationaux en ont bénéficié.

«Ils étaient pris en charge par nos équipes dès leur arrivée, détaille M. Toro Lara. Des employées surveillaient que la quarantaine était respectée 24h sur 24h et on leur livrait la nourriture dans la chambre. C’est un investissement très important mais nous sommes fiers de l’avoir fait. Nous avons réussir à recruter plusieurs étudiants internationaux d’autres provinces qui cherchaient des solutions et s’inquiétaient de la pandémie et de la continuité de leurs études.»

Malgré ce recul, il se dit satisfait des chiffres d’inscriptions.

«On anticipait des conséquences difficiles pour le CCNB. Nous avons réussi à limiter l’impact de la COVID-19, cela nous permettra de continuer à offrir nos programmes et d’éviter d’autres coupures», affirme-t-il.

«Même en situation de pandémie, nos équipes ont réussi à travailler ensemble et à s’adapter pour traiter de situations extrêmement complexes à gérer.»