Une ancienne de Samuel-de-Champlain sur les rangs pour un projet de 130 millions $

La conception du futur Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse, un projet d’environ 130 millions de dollars, pourrait bien être l’œuvre de Monica Adair, une architecte de Saint-Jean.

Récipiendaire au fil des ans de plusieurs prestigieux prix en architecture, la Saint-Jeannoise âgée de 42 ans est une ancienne élève du Centre scolaire Samuel-de-Champlain, où elle a effectué ses études primaires et secondaires.

La firme Acre Architects, qu’elle a fondée en 2010 avec son conjoint Stephen Kopp, est l’une des trois firmes qui ont été retenues par le gouvernement provincial et qui aspirent à concevoir le musée qui sera érigé en bord de mer à Halifax.

Jeudi soir à 18h, les trois équipes finalistes présenteront leurs créations en direct sur la chaîne YouTube de la galerie d’art et sur le site Web du musée.

«C’est sans aucun doute le plus gros projet à vie de notre firme d’architecture, ça nous rend fiers», a confié Monica Adair en entrevue avec l’Acadie Nouvelle.

La firme albertaine Dialog, Brackish Design Studio d’Halifax et Shannon Webb-Campbell ont participé à l’élaboration du projet proposé dans le cadre d’un concours.

Cette dernière est une poète et écrivaine autochtone et rédactrice en chef du Visual Arts News Magazine.

«Halifax ayant été bâtie sur des terres occupées autrefois par les micmacs, c’était important pour nous d’avoir une voix et une perspective de la riche culture autochtone dans notre projet qui se veut inclusif et propice à la réconciliation», a indiqué Monica Adair.

Le bâtiment imaginé par la firme Acre compterait six étages et pas moins de 175 marches. L’endroit serait doté de nombreuses galeries et salles de séminaire, d’une salle de concert et d’une aire de restauration.

«Le musée pourrait aisément accueillir chaque année les célébrations de la Fête de l’Acadie, la population acadienne n’a pas toujours une voix en Nouvelle-Écosse», a ajouté l’architecte qui est à l’origine de la conception il y a quelques années du Centre E. et P. Sénéchal, à Grand-Sault.

«On souhaite voir un endroit qui pourrait transformer littéralement la vie des gens, qui est accueillant et accessible à tous.»

Des équipes d’architectes du monde entier étaient invitées à participer à un concours de design pour cette nouvelle galerie d’art provinciale qui fera partie d’un nouveau quartier des arts sur le front de mer d’Halifax.

Selon les propos publiés plus tôt cette semaine par le Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse, l’objectif est rien de moins que de «réinventer l’idée d’une galerie d’art et d’un quartier des arts».

«Notre projet n’est pas définitif, nous avons besoin des commentaires du public pour assurer son succès. Notre vision a besoin d’être solidifiée avec l’aide de la direction du musée, du gouvernement et surtout de la population d’Halifax», a souligné Monica Adair.

Le public est de fait invité à formuler ses commentaires au sujet des trois modèles conceptuels proposés via le site web du Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse qui assure vouloir soumettre à la firme gagnante les suggestions du public.

La soumission gagnante sera désignée en octobre par un jury composé de professionnels, comprenant des architectes, un architecte paysagiste, des artistes et des professionnels des musées.

Une fois la construction de la nouvelle galerie achevée, fois terminée, le Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse entamera le déménagement de sa collection permanente qui compte plus de 17 000 œuvres.