Conseil des ministres: six femmes, Allain aux Gouvernements locaux

Blaine Higgs a dévoilé la composition de son conseil des ministres, mardi à Fredericton. Le seul député francophone du gouvernement, Daniel Allain, hérite du ministère des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale.

Comme il fallait s’y attendre, la cérémonie d’assermentation des membres du cabinet a été atypique et beaucoup plus intimiste qu’à l’habitude, pandémie oblige.

De coutume, cet événement très couru a lieu à l’Assemblée en présence de nombreux proches, d’amis et de collaborateurs des nouveaux ministres.

Cette fois, il a eu lieu dans la salle d’un hôtel situé de l’autre côté de la rue. Seulement quelques dizaines d’invités triés sur le volet – masqués et assis loin les uns des autres – ont pu y assister.

Seize députés composent le nouveau cabinet Higgs. Lors du mandat précédent des progressistes-conservateurs, le conseil des ministres était formé de 17 membres.

Blaine Higgs, qui s’était dit «très intéressé» par l’idée, a finalement choisi de ne pas former un cabinet paritaire. Il a nommé six femmes, soit deux de plus qu’avant les élections. Il s’agit néanmoins d’un record au Nouveau-Brunswick.

Daniel Allain entre par la grande porte 

Le seul député francophone du caucus progressiste-conservateur, Daniel Allain, entre par la grande porte et se voit confier le portefeuille des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale.

Au cours de la campagne électorale, Blaine Higgs a dit à plusieurs reprises qu’il voulait apporter d’importants changements dans ce dossier.

Daniel Allain – qui était jusqu’à tout récemment conseiller municipal et maire suppléant à Dieppe – n’aura visiblement donc pas un rôle de figuration au cours des prochaines années.

En point de presse, peu après l’assermentation, Blaine Higgs a dit que l’expérience M. Allain lui sera utile lorsqu’il sera appelé à réformer la gouvernance locale.

«On en parle depuis très très longtemps. Et je pense que ceci (le fait qu’il nomme Daniel Allain à ce poste: NDLR) illustre le fait que je veux vraiment qu’il y ait des actions de prises dans ce dossier», a-t-il dit.

Aucun député n’a été nommé vice-premier ministre. Lors de la formation de son premier cabinet, en 2018, Blaine Higgs avait confié cette responsabilité à son seul député francophone et seul député du Nord, Robert Gauvin.

«Je ne prévois pas le faire, je n’ai pas l’intention de le faire prochainement», a dit le premier ministre.

Le Nord absent du Cabinet 

Puisque les progressistes-conservateurs n’ont fait élire aucun candidat dans le Nord lors des élections du 14 septembre – cette partie de la province n’est pas représentée au cabinet.

Blaine Higgs affirme qu’il s’attend à ce que tous ses ministres représentent l’ensemble de la province et qu’ils consultent des organismes de divers horizons.

«Il y a de nombreuses organisations avec lesquelles nous pouvons travailler. Et je m’attends à ce que les ministres fassent cela avec leurs portfolios.»

Il n’a pas l’intention – du moins «pas pour le moment» – de nommer un lieutenant non-élu dans le Nord, comme l’a proposé récemment le maire de Caraquet et ancien candidat progressiste-conservateur, Kevin Haché.

Notons en passant que Glen Savoie demeure le ministre responsable de la Francophonie. Ce député bilingue représente la circonscription de Saint-Jean-Est.

Beaucoup de mouvement parmi les vétérans 

Plusieurs gros noms restent dans le cercle rapproché du premier ministre, dont Dominic Cardy qui garde le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance.

Ernie Steeves demeure aux Finances, tout comme Mike Holland aux Ressources naturelles et Trevor Holder à l’Éducation postsecondaire.

Hugh Flemming n’a pas été tassé, mais il perd du galon en passant de la Santé à la Justice. Il devient aussi procureur général.

On l’a peu vu sur la place publique au cours des mois qui ont précédé les élections, et ce, même s’il occupait un rôle intimement lié à la lutte menée par le gouvernement contre la COVID-19.

Il est remplacé à la Santé par l’ancienne ministre du Développement social, Dorothy Shephard. Cette dernière a récemment joué un rôle-clé dans la résolution du conflit de longue date qui opposait le gouvernement aux travailleurs des foyers de soins.

Bruce Fitch, un vieux routier de la politique provinciale, se voit accorder une promotion et passe du Tourisme au Développement social, un ministère qui est doté d’un important budget.

Six anciens ministres exclus

Six ex-ministres réélus le 14 septembre ont été exclus du nouveau conseil exécutif de Blaine Higgs. Certains d’entre eux étaient des membres bien connus du gouvernement précédent.

C’est notamment le cas d’Andrea Anderson-Mason, qui était ministre de la Justice, procureure générale et ministre responsable de la Société de développement régional. Idem pour Jeff Carr, l’ancien ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux.

L’ex-ministre responsable des Affaires autochtones et ancien opposant de Blaine Higgs lors de la dernière course à la direction du Parti PC, Jake Stewart, a lui aussi été écarté. Sherry Wilson, Ross Wetmore et Bill Oliver ont subi le même sort.

Le premier ministre affirme qu’il ne faut pas y voir un désaveu de ces députés et qu’ils ne les a pas exclus parce que certains d’entre eux remettaient parfois en question certaines de ses décisions.

«Ç’a été une décision très difficile. Personne ne devrait prendre ces décisions personnellement. […] Ce n’est pas lié aux différences d’opinions. J’ai essayé de balancer les nouveaux députés élus (avec ceux qui ont été réélus).»

Des changements esthétiques au programme

Au-delà de la composition du cabinet, de la parité hommes-femmes et des grands absents, on remarque aussi que le nom de certains ministères a changé.

L’ancien ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux a été scindé en deux. À la responsabilité des gouvernements locaux s’est greffée le dossier de la réforme de la gouvernance locale.

L’environnement est désormais un portefeuille à part entière et comprend explicitement la question «du Changement climatique».

On note également que Mary Wilson sera responsable des «Affaires militaires», et ce, même si les Forces armées canadiennes sont de compétence fédérale.

Voici la liste des membres du cabinet:

  • Blaine Higgs – premier ministre, président du Conseil exécutif, et ministre responsable des Affaires intergouvernementales
  • Margaret Johnson – ministre de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches
  • Arlene Dunn – ministre responsable du Développement économique et des Petites Entreprises, ministre responsable d’Opportunités NB, ministre responsable de l’Immigration, et ministre des Affaires autochtones
  • Dominic Cardy – ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance
  • Gary Crossman – ministre de l’Environnement et du Changement climatique, et ministre responsable de la Société de développement régional
  • Daniel Allain – ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale
  • Ernie Steeves – ministre des Finances et du Conseil du Trésor
  • Dorothy Shephard – ministre de la Santé
  • Hugh John (Ted) Flemming – ministre de la Justice et de la Sécurité publique, et procureur général
  • Trevor Holder – ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail
  • Mary Wilson – ministre de Service Nouveau-Brunswick, et ministre responsable des Affaires militaires
  • Bruce Fitch – ministre du Développement social
  • Tammy Scott-Wallace – ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, et ministre responsable de l’Égalité des femmes
  • Jill Green – ministre des Transports et de l’Infrastructure
  • Glen Savoie – ministre responsable de la Francophonie
  • Mike Holland (*sera assermenté à une date ultérieure) – ministre des Ressources naturelles et du Développement de l’énergie