Le centre-ville de Tracadie se transforme en piste de course la nuit (vidéos)

Le centre-ville de la Municipalité régionale de Tracadie se transforme la nuit en piste de course pour amateurs de vitesse et de lieu de dérapage contrôlé bruyant et fumant. Les résidents du secteur, des commerçants, et maintenant des élus sont tannés d’un tel comportement et veulent agir.

Ces actions sont devenues une source réelle de problème dans la Ville, spécialement durant les week-ends.

Le journal a pu mettre la main sur certains extraits vidéo. Un premir montre des automobiles atteindre des pointes de vitesse dépassant largement la limite permise de 50 km/h sur la rue Principale récemment rénovée, à l’entrée nord de la municipalité. Un autre filme une petite voiture blanche en dérapage contrôlé au même endroit, causant un fort bruit et beaucoup de fumée.

Il est impossible d’identifier une plaque d’immatriculation.

Voici des vidéos obtenues par le journal: (NDLR: certains commentaires pourraient choquer des lecteurs.)

Le dossier a rebondi au conseil municipal de la MRT, en début de semaine. Plusieurs conseillers ont mentionné avoir reçu des plaintes de citoyens exaspérés par cette situation.

Les élus entendent ne pas laisser ça là. Ils ont demandé une rencontre urgente avec les responsables de la GRC.

L’Acadie Nouvelle a pu s’entretenir avec deux témoins de ces scènes nocturnes qui ne sont pas sans rappeler les films d’action Rapides et Dangereux. Ces personnes n’ont pas voulu s’identifier, par peur de représailles.

«On a vu un véhicule avec un gros moteur. Il a fait des toupies à 2h, à 2h20 et à 2h30. Le bruit portait tellement que c’était comme s’il roulait dans mon salon. D’autres tiennent la pédale d’essence à fond et allument le moteur. Ça fait péter les silencieux. J’ai déposé des plaintes à la Ville et à la GRC», a déploré un témoin.

L’autre soutient que c’est pire que jamais cet été.

«On a été jeunes aussi et on en faisait des toupies. Mais pas comme ça. Vendredi, ils ont fait ça de 22h à 3h30. Ça suffit. Ç’a été comme ça tout l’été. Ce ne sont pas des farces. On a été tranquille un peu quand la rue Principale a été rénovée. Mais le soir où la rue a été rouverte, ç’a été l’enfer. Ça nous tient réveillés une bonne partie de la nuit. Ça nous inquiète beaucoup et les gens ont peur d’en parler. On ne sait pas ce que ces conducteurs peuvent nous faire», raconte-t-il.

Réjean Haché, de Bathurst, est propriétaire de 200 appartements au centre-ville de Tracadie. La problématique est si grave qu’il a fait signer une pétition pour que la Ville intervienne dans les plus brefs délais.

«Ces gens disent qu’ils n’arrêteront pas tant que Tracadie ne leur aura pas donné une piste de course. Cela ne fait aucun sens. Certains soirs, ils sont jusqu’à 30 automobiles à occuper les stationnements des commerces. Mes locataires n’en peuvent plus de ce bruit. Ils m’appellent pour me dire qu’ils vont déménager ou qu’ils ne paieront pas le prochain mois si ça ne s’arrange pas. Ça fait trois mois que je me plains à la Ville et à la GRC, mais rien ne bouge. Si ça ne se règle pas, on va barrer le chemin. On prendra les grands moyens», affirme cet homme d’affaires.

Cela a même débordé sur les médias sociaux, alors qu’une personne incite justement les plaintifs d’aller cogner à la porte de la municipalité afin d’obtenir une vraie piste de course.

«Arrêtez de chiâler comme des matantes et essayez de trouver une solution avec nous à la place de tous nous mettre dans le même bateau. Ça ne date pas d’hier que le monde a des beaux chars à Tracadie. En attendant, mettez-vous des bouchons!», a mentionné Nicholas Vienneau.

Le maire de la MRT, Denis Losier, compatit avec les résidents qui subissent cette situation désagréable.

«On va faire avancer ce dossier, car ça ne va pas du tout. Ça s’est dégradé. Ces conducteurs font même éclater leurs pneus et continuent leurs toupies sur les jantes de roue, ce qui abîme la rue. La GRC nous dit qu’elle n’a pas assez d’effectifs. On demande une rencontre pour voir ce qu’il est possible de faire», a-t-il commenté.