Donald Trump dans un hôpital militaire après avoir contracté la COVID-19

Le président Donald Trump passera « quelques jours » dans un hôpital militaire après avoir contracté la COVID-19, a annoncé la Maison-Blanche vendredi.

M. Trump a quitté la Maison-Blanche à bord de l’hélicoptère Marine One vendredi soir pour être conduit au centre médical militaire Walter Reed à Washington.

C’était la première fois qu’il apparaissait en public depuis l’annonce de sa contagion. M. Trump est sorti de la Maison-Blanche et a fait des signes de pouces en l’air, mais il n’a pas parlé. L’équipage de l’hélicoptère, les agents du Secret Service et les employés de la Maison-Blanche qui accompagnaient le président dans l’hélicoptère portaient tous un couvre-visage.

La Maison-Blanche a précisé plus tôt vendredi qu’il s’agissait d’une mesure de précaution et que M. Trump continuerait de travailler à partir de la suite présidentielle de l’hôpital, qui est équipée pour lui permettre d’assumer ses fonctions officielles.

« Le président Trump reste de bonne humeur, il présente des symptômes légers et il a travaillé toute la journée », a affirmé sa porte-parole Kayleigh McEnany. « Par prudence, et sur recommandation de son médecin et de ses experts médicaux, le président travaillera

à partir des bureaux présidentiels de Walter Reed au cours des prochains jours. »

Un peu plus tôt vendredi, le médecin militaire du président avait annoncé que M. Trump avait reçu une dose d’un cocktail d’anticorps expérimental de la société de biotechnologie Regeneron qui fait l’objet d’essais cliniques.

Le médecin et commandant de la marine Sean Conley a précisé que M. Trump était « exténué » mais qu’il gardait le moral, et qu’une équipe d’experts suivait étroitement le président et la première dame.

Melania Trump a « une légère toux et des maux de tête », a rapporté le docteur Conley. Les autres membres de la famille présidentielle, y compris le fils des Trump, Barron, qui vit à la Maison-Blanche, n’ont pas été contaminés par le virus.

Un mois avant l’élection

Donald Trump a annoncé dans la nuit de vendredi qu’il avait reçu un diagnostic positif de la COVID-19, au lendemain de sa participation à une collecte de fonds pendant laquelle il a omis de dire à la foule qu’il avait été exposé à une proche collaboratrice atteinte du virus.

La nouvelle survient à un mois de l’élection présidentielle, alors que le président n’a cessé de minimiser la gravité du virus depuis le début de l’année.

Dans son message, M. Trump a indiqué que sa femme et lui entreprenaient immédiatement leur période d’isolement et qu’ils allaient « passer à travers, ensemble ».

Le chef de cabinet de la Maison-Blanche, Mark Meadows, a tenté vendredi d’assurer au public que M. Trump menait ses affaires comme d’habitude, tout en confirmant que l’équipe du président savait que sa conseillère Hope Hicks avait reçu un résultat positif avant que M. Trump n’assiste à une collecte de fonds jeudi dans le New Jersey.

« Je peux vous dire qu’en ce qui concerne Hope Hicks, nous avons découvert cela juste au moment où (l’hélicoptère) Marine One décollait hier », a dit M. Meadows. Plusieurs membres du personnel ont été retirés du déplacement, mais M. Trump n’a pas annulé sa participation, même s’il savait qu’il avait été exposé à Mme Hicks.

Le vice-président, Mike Pence, a quant à lui reçu un résultat négatif, tout comme son épouse. Selon son porte-parole, Devin O’Malley, M. Pence « demeure en bonne santé et souhaite aux Trump un prompt rétablissement ». M. O’Malley a confirmé que M. Pence était testé tous les jours pour le virus.

Joe Biden a lui aussi été testé et son résultat s’est révélé négatif, a confirmé son médecin Kevin O’Connor vendredi midi.

Le candidat démocrate à la présidence et sa femme ont été testés vendredi après l’annonce de la nouvelle de l’infection de Donald Trump. M. Biden a participé à un débat de 90 minutes avec M. Trump mardi soir.

Dans une publication sur les réseaux sociaux, le démocrate a remercié ses partisans pour leurs « messages d’inquiétude ». « J’espère que cela sert de rappel: portez un masque, gardez une distance sociale et lavez-vous les mains », a-t-il souligné.

Une collaboratrice proche infectée

L’annonce des diagnostics positifs du couple Trump est tombée quelques heures après celle concernant l’une des plus proches collaboratrices du président, sa conseillère Hope Hicks.

Celle-ci a reçu son résultat au cours de la journée, jeudi. La veille, elle avait voyagé avec le président pour l’accompagner à un rassemblement de campagne.

Les événements se sont ensuite enchaînés. En fin de soirée, Donald Trump avait d’abord fait savoir que le couple s’était placé en isolement préventif en attendant le résultat des tests de dépistage.

Hope Hicks a accompagné le président dans ses déplacements à plusieurs reprises cette semaine, notamment à bord de l’hélicoptère Marine One pour se rendre à un événement partisan au Minnesota, mercredi, ainsi qu’à bord de l’avion présidentiel mardi soir pour se rendre au premier débat de la campagne électorale.

Mme Hicks, l’une des personnes de confiance du président, a précédemment occupé la fonction de directrice des communications de la Maison-Blanche. Elle est revenue au sein de l’administration cette année en prévision de l’élection présidentielle.

Donald Trump a été vu pour la dernière fois par les journalistes jeudi soir alors qu’il rentrait à la Maison-Blanche, et il semblait en bonne santé. Comme il est âgé de 74 ans, il fait partie du groupe d’âge plus à risque de développer des complications.

Dur coup pour la campagne

Ce revirement de situation porte un dur coup à la campagne de réélection de Donald Trump, lui qui tente de minimiser la menace du coronavirus depuis le tout début de la crise sanitaire mondiale.

Le président, la Maison-Blanche et son équipe de campagne ont systématiquement refusé de se soumettre aux consignes de santé publique les plus élémentaires, incluant celles formulées par sa propre administration, comme de porter un masque et de respecter la distanciation physique.

Au contraire, M. Trump a continué d’organiser de grands rassemblements partisans avec des milliers de personnes. Au moins 205 000 Américains ont perdu la vie jusqu’ici en raison de complications liées à la COVID-19. Plus de 7 millions de personnes ont été infectées par le coronavirus aux États-Unis.

Plusieurs membres du personnel de l’administration Trump ont déjà contracté la COVID-19, dont la relationniste du vice-président, Katie Miller, le conseiller en matière de sécurité nationale, Robert O’Brien, et l’un des domestiques personnels du président.