Bill Oliver élu président de l’Assemblée législative

L’ex-ministre Bill Oliver devient président de l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick.

Le député progressiste-conservateur de Kings-Centre, près de Saint-Jean, a été élu par acclamation, mercredi.

«J’accepte cet honneur avec beaucoup d’humilité et de respect», a-t-il déclaré lors de son discours devant les élus provinciaux.

À titre de président de l’Assemblée, Bill Oliver devra notamment maintenir le décorum durant les débats tout en étant l’arbitre des désaccords entre les députés.

«Je dirigerai de façon juste, impartiale et respectueuse pour tous et je demande la même chose en retour.»

M. Oliver était jusqu’à tout récemment ministre des Transports et de l’Infrastructure depuis deux ans au sein du gouvernement du premier ministre Blaine Higgs.

Il fait cependant partie des six ministres qui ont été exclus du nouveau cabinet même s’ils ont été réélus le mois dernier.

M. Higgs s’est dit «très satisfait» de la nomination de Bill Oliver à la présidence de l’Assemblée.

«Bill a une grande expérience de la législature, qui remonte à des années, lorsqu’il était chef de cabinet de l’ancien président Bev Harrisson. Il apporte à ce rôle une stabilité et une continuité ainsi qu’une grande connaissance», a commenté M. Higgs.

M. Oliver a aussi été l’assistant de Blaine Higgs alors qu’il était ministre des Finances.

Il a été élu député pour la première fois en 2014.

Blaine Higgs a appuyé la candidature de M. Oliver à la présidence, mais tous les députés de son caucus étaient libres de se porter candidats
pour le poste, a-t-il dit.

Le nom d’un autre député progressiste-conservateur, Ross Wetmore, s’est d’ailleurs presque retrouvé sur le bulletin de vote des députés.

L’ex-ministre de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches a cependant retiré sa candidature quelques instants avant le vote, permettant ainsi à M. Oliver d’être nommé par acclamation.

Selon les règlements de l’Assemblée législative, le nom de tous les députés qui ne sont pas ministres ou chefs de parti se retrouve automatiquement sur le bulletin de vote à moins que ceux-ci ne le retirent avant le scrutin.

M. Wetmore a confié aux médias après le vote que sa lettre de désistement ne s’était malencontreusement pas rendue au greffier de l’Assemblée avant l’annonce des candidatures.

Compétences en français

Le chef de l’opposition officielle, le libéral Roger Melanson, a lui aussi salué la nomination de Bill Oliver. «M. Oliver est un député très honorable. Même lorsque j’étais au gouvernement, il a toujours été une personne qui respecte les différents députés.»

M. Melanson s’est notamment réjoui des compétences en français du nouveau président.

«Je suis très content que son français est quand même très acceptable. Il m’a dit qu’il se débrouillait et qu’il voulait continuer à prendre de la formation pour être en mesure de bien parler sa deuxième langue.»

Durant son discours, Bill Oliver a lu plusieurs passages en français avec une bonne élocution.

En mêlée de presse, il a indiqué qu’il ne parle pas français, mais qu’il le lit «assez bien» et maîtrise «bien» le vocabulaire.

«J’ai l’intention de m’améliorer afin d’être capable de parler (en français) à l’Assemblée lorsque l’occasion le demande», a-t-il dit.

L’histoire récente de l’Assemblée de la seule province bilingue du pays compte plusieurs présidents unilingues anglophones.

Avant de faire son entrée en politique, M. Oliver a fait carrière dans l’industrie de l’assurance. Il a aussi été gérant d’immeubles et propriétaire d’un dépanneur.

Il succède au député libéral Daniel Guitard qui a été président de l’Assemblée de 2018 à 2020.