COVID-19: trois nouveaux cas au N.-B. jeudi et le masque devient obligatoire

Le port du masque est désormais obligatoire dans la plupart des lieux publics intérieurs, et ce, partout au Nouveau-Brunswick. Cette mesure est adoptée alors qu’un foyer de soins spéciaux de Moncton est aux prises avec une éclosion de COVID-19 et que les autorités sont en état d’alerte.

La mesure – recommandée et par la médecin-hygiéniste en chef et appuyée par le comité multipartite du cabinet – a été annoncée jeudi après-midi par le premier ministre. Elle est entrée en vigueur à peine quelques heures plus tard, à minuit.

«Je sais que certaines personnes ne seront pas d’accord avec cette décision. Mais nous avons vu combien rapidement le virus peut se propager dans une communauté. Nous devons adopter toutes les mesures possibles pour prévenir cela dans notre province», a dit Blaine Higgs en point de presse.

Il est notamment obligatoire de porter un masque ou un couvre-visage dans les commerces de détail, les centres commerciaux, les centres de services, les restaurants et les bars (sauf lorsque l’on mange).

Les gens qui assistent à un rassemblement dans un lieu public intérieur, par exemple lors d’un mariage ou de funérailles, doivent aussi se couvrir le visage.

La consigne est la même dans les transports en commun, les halls, les ascenseurs, les corridors et les espaces de travail. La mesure touche à la fois le secteur privé que les édifices gouvernementaux.

Des exemptions sont prévues pour les enfants âgés de moins de 2 ans et les personnes qui ont un problème de santé qui les empêche de porter un masque.

Trop peu de gens portaient le masque

Blaine Higgs a expliqué que des agents gouvernementaux ont visité 600 lieux publics au cours des derniers jours afin d’évaluer le nombre de personnes qui se couvraient le visage. Ils ont découvert que seulement 36% des gens ont adopté ce geste.

C’était pire encore dans les plus grandes villes de la province, a-t-il confié.

«Dans les centres urbains, aussi peu que 16% des personnes portaient un masque. Ces chiffres ne sont tout simplement pas acceptables», a-t-il dit.

Il a reconnu que les individus et les entreprises pourraient avoir besoin de temps pour s’ajuster.

«Je demande aux gens; s’il vous plaît, respectez les règles. C’est un autre outil que nous pouvons utiliser pour que le Nouveau-Brunswick reste dans la phase jaune de déconfinement.»

Trois nouveaux cas, aucun lié à l’éclosion de Moncton

La médecin-hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell, a annoncé trois nouveaux cas confirmés de COVID-19, jeudi. Ils ne sont pas liés à l’éclosion au Manoir Notre-Dame de Moncton.

Cela a porté à 24 le nombre de cas actifs dans la province. Trois personnes étaient hospitalisées, jeudi, dont une aux soins intensifs.

Le premier cas est une personne dans la vingtaine et qui demeure dans la région de Fredericton. Il est lié à un voyage à l’étranger.

Le deuxième cas est une personne dans la trentaine de la région de Campbellton. Ce cas fait l’objet d’une enquête.

Quant au troisième cas, il s’agit d’une personne dans la quarantaine de la région de Saint-Jean. Il est lié à un voyage à l’extérieur de la bulle atlantique.

La Santé publique a d’ailleurs déterminé qu’un voyageur reçu un diagnostic positif de COVID-19 était peut-être contagieux lorsqu’il a voyagé à bord de deux vols, le 4 octobre; le vol Air Canada 418 de Toronto à Montréal et le vol Air Canada 8792, de Montréal à Saint-Jean.

Visites interdites dans les foyers du Sud-Est

Plus tôt cette semaine, une éclosion de COVID-19 s’est déclarée au Manoir Notre-Dame, un foyer de soins spéciaux de Moncton.

Jusqu’à maintenant, 13 résidents, quatre membres du personnel et deux membres de la famille (ou contacts étroits) ont reçu un diagnostic positif. Aucun nouveau cas lié à cette éclosion n’a été rapporté jeudi.

Les résidents, le personnel et les proches qui sont entrés en contact avec eux ont tous subi un test de dépistage. Ils subiront un test tous les deux jours afin de détecter l’apparition du virus.

En raison de cette éclosion, la Santé publique a adopté des mesures supplémentaires pour l’ensemble des établissements résidentiels pour adultes de la zone 1 (qui couvre le Sud-Est de la province). Les visites y seront interdites jusqu’à nouvel ordre.

La Dre Jennifer Russell a expliqué que les familles des résidents des foyers de cette zone ne pourront pas sortir sortir de ces établissements jusqu’à nouvel ordre.

Pas de retour à la phase orange dans la région de Moncton

En mai, une éclosion dans le Restigouche avait poussé le gouvernement provincial à faire régresser temporairement cette région en phase orange. Va-t-il faire la même chose dans la région de Moncton?

Pas pour l’instant, a répondu la Dre Jennifer Russell, jeudi en point de presse.

Elle a expliqué que diverses choses pèsent dans la balance, dont la capacité du système de santé de gérer les nouveaux cas, la capacité de la Santé publique de faire des recherches sur les contacts étroits et le respect des lignes directrices par le public.

«Nous ne sommes pas prêts à retourner à la phase orange en ce moment. Mais les choses peuvent changer rapidement. En se fiant sur l’information que nous avons tout de suite, ce n’est pas ce que nous prévoyons faire», a-t-elle dit.