Des masques pour la messe

Le diocèse d’Edmundston s’adapte aux nouvelles mesures sanitaires annoncées jeudi par le premier ministre. Le port du masque est dorénavant obligatoire en tout temps, sauf lorsque assis ou au moment de recevoir la communion.

De nouvelles directives s’ajoutent au protocole déjà en usage dans les paroisses et les secrétariats du diocèse d’Edmundston.

Comme dans tous les lieux publics intérieurs, depuis vendredi, les fidèles devront maintenant porter un masque avant d’y mettre les pieds.

«Le masque doit être porté chaque fois que la personne circule dans l’église, soit en se rendant à son banc, en allant communier et en sortant de l’église», précise Mgr Claude Champagne dans un communiqué émis vendredi.

«Si elle le désire, la personne pourra ensuite enlever son masque une fois assis puisque nous continuons à respecter la distanciation de deux mètres dans nos églises et au moment où elle reçoit l’hostie pour la communion.»

Le prêtre officiant et les lecteurs, quant à eux, n’auront pas à se couvrir le visage en assumant leurs fonctions.

C’est parce qu’ils doivent être bien entendus par les fidèles, explique Mgr Champagne.

«Ils se trouvent d’ailleurs à bonne distance d’eux et le prêtre officiant demeure dans le sanctuaire tout au cours de la célébration à moins qu’il donne la communion», a-t-il ajouté.

En dehors de la célébration, les prêtres seront toutefois assujettis aux mêmes directives que les autres.

Pour ce qui en est des personnes qui assurent le chant, la distanciation sociale sera de mise.

«Elles doivent être à bonne distance les une des autres, soit à au moins deux mètres, et préférablement à une distance encore plus grande des fidèles et des intervenants se trouvant dans le sanctuaire. Les jubés, lorsque c’est possible, sont les meilleurs endroits pour l’acoustique et pour assurer les mesures sanitaires», indique-t-on dans le même communiqué.

«Par courtoisie et pour éviter les déceptions, il serait bon que chaque église soit pourvue d’un certain nombre de masques à usage unique offerts aux fidèles ayant oublié d’en apporter un ou qui ignorent cette nouvelle directive», a écrit l’évêque.

Par ailleurs, la visière transparente portée par certains ministres de communion et bénévoles à l’accueil n’est plus admissible.