COVID-19: des Autochtones interdits d’accès dans une école du Restigouche

Le chef de la Première Nation de Listuguj, dans l’est du Québec, dénonce que plusieurs dizaines d’élèves de son territoire micmac ne puissent continuer à fréquenter en personne l’école secondaire Sugarloaf située à Campbellton.

Le chef Darcy Gray affirme que 103 élèves de Listuguj sont inscrits à l’école Sugarloaf où un cas positif de COVID-19 a été confirmé la semaine dernière.

Or, le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick a décrété que les étudiants qui vivent au N.-B. pourront retourner en classe mardi prochain, mais que les élèves de Listuguj devront continuer à suivre leurs cours sur le web.

Cette décision a mis le chef Gray en état de choc.

À son avis, si une préoccupation de santé publique existe, ses conséquences devraient être imposées à l’ensemble de la communauté étudiante, pas seulement aux élèves du territoire micmac.

En fin de semaine, le ministre de l’Éducation du Nouveau-Brunswick, Dominic Cardy, a justifié la décision de son gouvernement sur le fait que les deux provinces avaient des protocoles de sécurité différents par rapport à la COVID-19.

Le territoire autochtone de même que la municipalité québécoise contiguë de Pointe-à-la-Croix ne sont séparés de Campbellton que par le pont J.C. Van Horne, de moins d’un kilomètre de long.