WestJet suspend ses activités à Moncton et à Fredericton

La compagnie WestJet a annoncé une suspension de ses opérations à Moncton et à Fredericton. Elle a pris cette décision dans le cadre d’une diminution d’environ 80% de sa capacité au Canada atlantique à partir du 2 novembre.

Le transporteur aérien assurait la liaison entre Moncton et Toronto quatre fois par semaine pendant la pandémie. Il offrait le même service entre Fredericton et la métropole de l’Ontario durant cette période.

«Nous comprenons que c’est une nouvelle dévastatrice pour les communautés, les aéroports et les clients qui dépendent de nos lignes, mais ces suspensions étaient inévitables, a déclaré dans un communiqué le PDG de WestJet, Ed Sims. Nous avons l’intention de reprendre nos opérations dès que ça deviendra économiquement viable de le faire.»

«Nous sommes surpris, mais avec les restrictions de voyage dans les provinces atlantiques, c’est difficile pour les lignes aériennes d’avoir beaucoup de monde en voyage non essentiel, a réagi le PDG de l’aéroport international du Grand Moncton, Bernard LeBlanc. Donc c’est difficile de maintenir le service.»

Il a précisé que l’annulation des vols de WestJet provoquerait une baisse de moins de 10% des revenus de son entreprise. Le dirigeant a aussi promis que la nouvelle n’entraînerait pas de licenciement dans son effectif, déjà réduit de 26%. Il a expliqué que ses équipes travaillaient encore 24h/24 grâce au fret aérien et à l’école de pilotage.

Déception à Moncton

«C’est pour nos passagers que ça donne beaucoup moins d’options, a souligné M. LeBlanc. À partir du 2 novembre, ils pourront prendre soit Air Canada en direction de Montréal ou Toronto, soit PAL Airline en direction de St-John’s à Terre-Neuve.»

Le PDG a toutefois espéré le retour des avions de WestJet sur ses pistes après la pandémie. Il a avancé que les lignes de la compagnie à partir de Moncton ont été profitables pendant vingt ans.

La mairesse de Moncton Dawn Arnold a émis le même souhait.

«Nous sommes certainement très déçus de cette décision de suspendre le service de WestJet à Moncton, a-t-elle commenté par courriel. C’est un autre coup dur pour notre région pendant une année qui est déjà très difficile pour nos résidents et notre communauté d’affaires.»

Le directeur de la chambre de commerce du Grand Moncton, John Wishart a fait valoir l’importance de l’aéroport pour sa région.

L’infrastructure a généré un total de 665 millions $ d’activités économiques, 2800 emplois et 37 millions $ d’impôts en 2014.

«Tout ce qui la rend moins viable est un problème, a conclu le porte-parole de la communauté d’affaires. Avoir de bonnes lignes aériennes, spécialement vers le centre du Canada, aide pour le tourisme. C’est aussi important quand nous essayons d’attirer des entreprises. C’est également favorable à l’immigration.»

Conséquences pour l’aéroport de Fredericton

En raison de la pandémie, les recettes de l’infrastructure devraient chuter de 10,6 millions $, soit de 52% en 2020 d’après un communiqué émis en août. Elles ne devraient pas revenir à leur niveau de 2019 avant 2024.

La PDG de l’aéroport international de Fredericton, Johanne Gallant a aussi exprimé de la déception en réaction à la décision de WestJet.

«Notre activité était déjà limitée. Ça aura des impacts sur nos revenus, a-t-elle prévu sans avancer de chiffres. Nous allons continuer de travailler avec nos partenaires, en espérant qu’ils vont revenir.»

Mme Gallant a indiqué que les voyageurs pourront encore prendre un avion d’Air Canada en direction de Toronto et de Montréal depuis Fredericton. Elle a précisé que WestJet assurait 5 vols par semaine avant de décider de les annuler.

L’aéroport international de Fredericton a permis de financer plus de 660 emplois, générant plus de 25 millions $ en revenus de travail en 2019, selon son site internet.