Homicide involontaire: un homme de la Péninsule a reçu sa sentence

Accusé d’homicide involontaire coupable, Tom LeBouthillier a écopé lundi après-midi à Bathurst d’une peine de dix années d’emprisonnement.

Le juge Ivan Robichaud, de la Cour du Banc de la Reine, s’est rangé aux arguments de la défense et de la Couronne qui réclamaient conjointement l’imposition d’une telle peine à l’homme âgé de 37 ans qui est à l’origine du décès de Steven Gauvin survenu en septembre 2017.

Ce dernier est décédé après une altercation qui s’est déroulée dans un champ de bleuets de Pokesudie, dans la Péninsule acadienne.

Tom LeBouthillier avait à l’origine été accusé du meurtre au deuxième degré de Steven Gauvin, qui était âgé de 27 ans. Au cours des procédures judiciaires, l’accusé avait décidé de plaider coupable à une accusation réduite d’homicide involontaire.

En prononçant la sentence imposée, le juge Robichaud a insisté sur le fait que l’accusé n’avait pas d’antécédents en matière de violence, qu’il avait exprimé des regrets sincères et qu’il représentait un faible risque de récidive.

«M. LeBouthillier ne représente pas une menace pour la société», a souligné le juge en prenant la parole.

Le magistrat a toutefois pris soin d’ajouter que l’altercation avait été d’une grande violence et que le crime avait causé un grave préjudice à la famille de la victime.

«Depuis la mort de mon fils, je ne vais pas bien. Comme père j’ai une rage en dedans», a déclaré le père de la victime dans une déclaration écrite lue devant le tribunal par le procureur de la Couronne, Me Pierre Gionet.

L’avocate de la défense, Me Jocelyne Moreau-Bérubé, a quant à elle insisté sur le contenu favorable du rapport présentenciel déposé au sujet de Tom LeBouthillier et sur l’appui constant manifesté par sa famille depuis les tristes incidents.

«Le 2 septembre 2017 n’est pas une journée que Tom LeBouthillier avait planifié», a indiqué l’avocate au tribunal au sujet de la journée où s’est déroulé le drame.

Prenant la parole à l’invitation du juge, l’accusé a exprimé de profonds regrets.

«Je regrette ce qui s’est passé, j’y pense tous les jours», a affirmé Tom LeBouthillier avant d’adresser des excuses au père de Steven Gauvin.

En plus de devoir purger une peine de 10 ans de prison, l’individu devra fournir un échantillon d’ADN. Il lui sera également interdit de posséder une arme ou des munitions pendant une autre période de 10 années.

Puisque l’accusé est en détention préventive depuis le jour de l’incident mortel, le juge Robichaud a consenti à soustraire 1715 jours d’incarcération à la peine de pénitencier que devra purger Tom LeBouthillier.

Ce dernier pourrait donc recouvrer sa liberté dans environ trois ans, soit après avoir purgé le 2/3 de sa peine.