COVID-19: trois cas dans le Restigouche, la collecte de bonbons interdite

L’Halloween est pratiquement annulée dans le Restigouche, où trois nouveaux cas ont été dépistés dimanche. Le reste de la province pourra célébrer la fête à condition de suivre les directives de la Santé publique.

Le gouvernement provincial a annoncé mardi l’imposition de restrictions sévères dans la zone 5 (qui couvre entre autres Campbellton, Dalhousie, Charlo et Balmoral).

Les petits et les grands du Restigouche ne pourront pas collecter des bonbons de porte en porte cette année. La distribution de surprises n’est pas permise. Les seules fêtes autorisées sont celles organisées au sein d’une bulle.

Rappelons que dans la zone 5, les résidents doivent limiter leurs contacts rapprochés à une bulle formée des gens qui habitent dans le même logement qu’eux.

Un soignant professionnel, un aidant naturel ou un membre de la famille immédiate peut se greffer à cette bulle, mais pas pour n’importe quelle raison.
La Santé publique a précisé dimanche que cet accommodement est là pour permettre de  «contribuer à protéger la santé mentale des gens qui vivent seuls» ou de «veiller à ce que les personnes qui ont besoin de soins puissent en recevoir».

Feu vert à l’Halloween dans le reste du N.-B. 

Dans tout le reste du Nouveau-Brunswick, la distribution et la collecte de bonbons seront permises à condition que les directives de la Santé publique soient respectées.

Les autorités demandent aux enfants qui collectent des bonbons de porte en porte d’éviter tout contact avec les personnes de leur bulle qui sont plus à risque – dont les aînés et les personnes souffrant de divers problèmes de santé – pendant plusieurs jours suivant l’Halloween.

Les célébrations ne doivent pas rassembler plus de 50 personnes. Cette directive touche tous les rassemblements intérieurs et extérieurs. Les organisateurs doivent noter le nom et les coordonnées des participants.

Les entrepreneurs, les organismes ou les groupes qui organisent des célébrations de l’Halloween doivent avoir un plan opérationnel et tenir une liste des participants. Ils doivent aussi s’assurer que les gens se couvrent le visage et qu’ils maintiennent la distanciation physique.

Trois cas dans le Restigouche 

La Santé publique a annoncé l’existence de trois nouveaux cas confirmés de COVID-19, mardi. Ces nouveaux cas sont tous dans la zone 5.

Il s’agit de deux personnes dans la cinquantaine et d’une personne de 80 à 89 ans. Elles sont en isolement.

Ces nouveaux cas ont été découverts lors du dépistage de masse effectué dimanche dernier à Dalhousie et auquel ont participé 1135 personnes. La Santé publique a dit mardi que tous les résultats de ces tests ne sont pas encore connus.

Aux dernières nouvelles, il y a 55 cas actifs de COVID-19 au Nouveau-Brunswick. Il y en a 37 dans le Restigouche, 15 dans le Sud-Est et trois dans la région de Fredericton.

Le port du masque obligatoire «raisonnable et équilibré»

La présidente de la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick, Claire Roussel-Sullivan, ne voit pas de problème avec le port du masque obligatoire dans les lieux publics.

Dans une déclaration publiée mardi, elle affirme qu’elle s’est penchée sur cette mesure, qui a été incluse le 8 octobre dans l’arrêté obligatoire rendu en vertu de la Loi sur les mesures d’urgence.

Mme Roussel-Sullivan affirme qu’elle trouve la mesure «raisonnable et équilibrée compte tenu de l’objectif et de l’urgence en matière de santé publique.»

Elle se dit heureuse de voir que l’arrêté obligatoire permet d’accommoder «les personnes qui ne peuvent pas porter de masque en raison de leur âge, ou encore de leur incapacité mentale ou physique.»

Elle encourage les personnes qui sont exemptées de communiquer avec les fournisseurs de services, les employeurs et les propriétaires pour que ces derniers puissent s’adapter.

Mme Roussel-Sullivan invite les entreprises «à trouver d’autres moyens de fournir leurs services».

Par la suite, les personnes exemptées de porter le masque «doivent accepter les mesures d’adaptation raisonnables prises, tout en accordant une attention particulière à la distanciation physique et au lavage fréquent des mains et en évitant, autant que possible, les endroits achalandés.»