Quatre nouveaux cas, «bientôt des bonnes nouvelles» pour le Restigouche

Certains Néo-Brunswickois qui sortent de la bulle atlantique pour le travail devront dorénavant se soumettre à une quarantaine modifiée à leur retour dans la province.

À compter de vendredi, les Néo-Brunswickois qui quittent la bulle atlantique pour le travail devront demeurer à la maison pour 14 jours à leur retour à moins de se soumettre à une série de tests de dépistage de la COVID-19.

Ceux qui ne se feront pas tester devront rester en quarantaine pendant deux semaines, sauf pour accéder à des biens et services essentiels comme l’épicerie, la banque, la garderie, les soins aux animaux ou les funérailles d’un membre de leur famille immédiate.

Les travailleurs qui arrivent ou qui reviennent au Nouveau-Brunswick et qui se feront tester n’auront pas à s’isoler après avoir reçu un résultat négatif, à condition qu’ils n’éprouvent aucun symptôme.

Ils devront aussi consentir à subir deux autres tests de dépistage de la COVID-19 vers le 6e jour et le 11e jour après leur arrivée, à moins qu’ils ne quittent la province avant.

La Santé publique avait annoncé au début de l’été que les travailleurs de retour au Nouveau-Brunswick comme ceux qui font du «fly-in fly-out» dans l’ouest du pays n’avaient plus à se mettre en quarantaine.

La hausse du nombre de cas d’infections ailleurs aux pays force cependant les autorités à instaurer cette quarantaine «modifiée» accompagnée d’un nouveau protocole de dépistage volontaire.

«Ces mesures sont nécessaires parce que près de 95 pour cent des cas de COVID-19 dans notre province sont liés à un voyage ou à des personnes qui ont été en contact étroit avec un voyageur qui a obtenu un résultat positif à un test de dépistage», a expliqué le premier ministre Blaine Higgs, jeudi, lors d’une conférence de presse.

Il était accompagné de la médecin-hygiéniste en chef de la province, Dre Jennifer Russell.

Ces nouvelles mesures ne s’appliquent pas aux camionneurs ni aux gens qui effectuent la navette quotidiennement vers l’extérieur de la bulle atlantique pour le travail. Ceux-ci pourront continuer à travailler sans avoir à s’isoler.

Ceux qui veulent se faire tester peuvent prendre rendez-vous en contactant la ligne Télé-Soins 811 ou en visitant le gnb.ca/coronavirus.

Nouvelle éclosion dans un foyer de soins

La Santé publique a annoncé une nouvelle éclosion de COVID-19 dans un foyer de soins spéciaux de Balmoral. Un cas a été détecté à la résidence 4 Saisons, un établissement bilingue de 30 lits.

Dre Russell n’a pas voulu préciser s’il s’agit d’un résident ou d’un membre du personnel afin de protéger l’identité de la personne touchée.

«Nous prenons en ce moment des mesures très vigoureuses pour limiter l’impact de cette épidémie», a déclaré la médecin-hygiéniste.

Des employés et ressources supplémentaires ont été envoyés à l’établissement et l’ensemble des résidents et du personnel devaient subir un dépistage rapide, jeudi. La recherche de contacts a déjà commencé.

Trois nouveaux cas dans la région du Restigouche et un dans la région de Moncton ont été signalés. Les quatre individus sont dorénavant en isolement. La source de ses infections n’a pas encore été déterminée.

Le nombre total de cas actifs au Nouveau-Brunswick est en baisse.

De bonnes nouvelles pour le Restigouche

Dre Russell et M. Higgs ont aussi fait le point sur la situation dans le Restigouche qui demeure en phase orange depuis 20 jours.

Jennifer Russell, qui s’est rendue dans la zone 5 récemment, a félicité les gens de la région pour leur détermination dans leur combat contre la COVID-19.

«Si la situation continue à s’améliorer, j’ai bon espoir que nous aurons bientôt des bonnes nouvelles pour les gens de la zone 5 (…) dans les prochaines semaines.»

Elle a remercié les 2400 personnes du Restigouche qui ont participé aux deux séances de dépistage de masse le week-end dernier. Seulement deux de ces personnes étaient atteintes du virus.

Dre Russell a toutefois déploré la faible participation des jeunes adultes lors des séances de dépistages.

«Je crains que les résultats ne donnent pas une image complète, car nous avons analysé les données en fonction des groupes d’âge et il serait bon que les jeunes adultes entre 20 et 40 ans soient également testés.»

Une troisième séance de dépistage de masse a lieu vendredi de 9h à 17h au Centre récréatif et culturel de Belledune.

Blaine Higgs a souligné la coopération des gens du Restigouche et leur respect des mesures d’hygiène de la Santé publique dans les derniers jours.

Depuis une semaine, les agents du ministère de la Sécurité publique ont visité 636 entreprises et autres endroits publics en phase orange et ont discuté avec 5800 personnes, a-t-il indiqué.

Dix-huit contraventions et 81 avertissements ont été donnés, a mentionné le premier ministre.

«Je suis heureux d’annoncer que leur travail acharné donne des résultats. Les agents ont rapporté un niveau de conformité de 99% et aucune contravention n’a été donnée (mercredi).»