La zone 5 réclame le retour à la phase jaune

Le Restigouche vient de vivre sa quatrième fin de semaine consécutive en phase orange de rétablissement de la COVID-19. Alors que les éclosions semblent vouloir se résorber, peut-on s’attendre à des assouplissements d’ici les prochains jours?

Ça fait maintenant cinq jours que la zone 5 (Campbellton) ne rapporte aucun nouveau cas de la COVID. Cette zone, rappelons-le, est la seule de la province toujours en phase orange de rétablissement, une situation liée à une éclosion communautaire qui dure depuis près d’un mois.

Si une éclosion a également frappé la zone 1 (Moncton) pour la plonger en phase orange pendant deux semaines, celle du Restigouche a été plus tenace. La zone 5 a entamé sa quatrième semaine en phase orange. Mardi, on n’y retrouvait plus que 20 cas actifs, tous en isolement.

Au cours des dernières semaines, les citoyens ont été nombreux à participer aux sessions de dépistage organisées à Campbellton, à Dalhousie puis à Belledune. Près de 3000 personnes ont passé ce dépistage volontaire. Seulement deux ont obtenu un verdict positif.

Comme les cas sont en forte régression depuis quelques jours, la possible levée de la phase orange est sur pratiquement toutes les lèvres des gens du Restigouche en ce moment.

En dépit des progrès, la Santé publique demeure prudente et n’ose s’avancer sur cet éventuel retour. La zone 5 reste pour l’instant en phase orange puisqu’il existe plusieurs chaînes de transmission communautaire non liées. Elle sera réévaluée plus tard cette semaine.

«Le traçage montre plusieurs contacts liés à des cas individuels. La transmission s’est produite dans des milieux de travail, entre collègues, dans des contextes sociaux, des interactions entre les membres de la famille, ainsi que lors de rassemblements, générant beaucoup plus de contacts à retracer. Nous surveillons de près la situation et prendrons tous les facteurs en considération, tels que les rapports épidémiologiques, les taux de transmission et la conformité du public dans les prochains jours», soutient le porte-parole du ministère de la Santé, Bruce MacFarlane.

Attente interminable

Pour les Restigouchois, l’attente semble une éternité.

Au plus fort de l’éclosion, l’homme d’affaires de Campbellton Luc Couturier confiait dans nos pages comprendre la position de la Santé publique, malgré le lourd tribut à payer. À la lumière des progrès réalisés depuis, il réclame des assouplissements.

«Il est temps de remettre la zone 5 en phase jaune. Le gouvernement doit prendre note des efforts de notre population. Les éclosions sont contenues. Les gens respectent les consignes. On a fait notre part. Maintenant, on veut rejoindre le reste de la province», lance-t-il.

Le président de l’organisme Campbellton Centre-Ville et membre du conseil d’administration de la Chambre de commerce régional de Campbellton, souligne que la situation actuelle a déjà provoqué (ou accéléré) la fermeture de commerces dans sa ville.

M. Couturier craint que si le gouvernement garde la ligne dure, d’autres commerces doivent baisser pavillon.

«C’est la troisième fois qu’on est touché. Pour certains commerces – comme les barbiers et coiffeuses, les salons d’esthétiques, les gyms – c’est la troisième fois qu’ils doivent fermer boutique. On a des entrepreneurs qui ont été privés de revenus pendant quatre mois depuis le début de la pandémie en mars», renchère-t-il.

Selon lui, les dernières semaines ont fait mal au moral des gens ainsi qu’aux portefeuilles des PME. Ce qu’il craint désormais, c’est que les commerces vont manquer la fenêtre du temps des Fêtes.

«Les gens vont s’impatienter et commander en ligne, auprès de services comme Amazon, au lieu de se risquer à magasiner localement. C’est impératif de revenir dans le jaune rapidement afin de laisser nos entreprises respirer, de limiter les dégâts avant qu’il y en ait d’autres qui tombent au combat», estime-t-il.

Il encourage les citoyens de la région à faire l’achat de chèques cadeaux d’entreprises locales.

«Il est temps»

M. Couturier n’est pas le seul à espérer un changement de phase pour la zone 5. Le président de la Commission de services régionaux du Restigouche, Brad Mann, croit lui aussi que le moment est opportun.

«Il est temps. Surtout que Moncton est retournée en jaune alors qu’elle avait 39 cas actifs. Ici, on n’en a qu’une vingtaine et ils sont tous en isolement. C’est à notre tour maintenant», clame M. Mann.

Côté politique, l’opposition libérale n’entend pas mettre son poids dans la balance. Le parti préfère s’en remettre entièrement aux décisions de la Santé publique.

«J’ai pleinement confiance en la Dre Russell et son équipe de santé publique pour évaluer correctement la situation», a indiqué le chef par intérim de la formation, Roger Melanson.

«La semaine dernière, la Dre Russell a indiqué qu’il pourrait y avoir de bonnes nouvelles pour la zone 5 dans un avenir proche, à condition que la situation continue de s’améliorer. Je pense que cinq jours sans cas positif, c’est un excellent indicateur que la situation s’améliore», concède-t-il.