«Préparez un plan de mise en isolement dès aujourd’hui»

La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick demande à la population de se préparer à l’éventualité d’avoir à s’isoler en raison de la COVID-19.

Environ un millier de personnes dans la province sont en quarantaine en ce moment parce qu’elles ont contracté le nouveau coronavirus ou parce qu’elles ont été en contact étroit avec une personne infectée.

En point de presse, mercredi, Dre Jennifer Russell a fortement conseillé à tous les Néo-Brunswickois de faire des préparatifs au cas où eux aussi auraient à passer deux semaines à la maison sans contact physique avec l’extérieur.

«Élaborer un plan dès aujourd’hui. Ne vous dites pas simplement que ça n’arrive qu’aux autres parce que ça pourrait très bien vous arriver à vous et à votre famille et vous devrez être prêts», a-t-elle prévenu.

Alors que les régions de Moncton et Saint-Jean sont en phase orange du confinement, le nombre de personnes en quarantaine a atteint un record, a souligné la chef de la Santé publique.

«Même si la grande majorité des gens se montrent coopératifs lorsqu’on leur demande de s’isoler, je sais que cela peut être frustrant et c’est pourquoi j’essaie d’aider toute la population à être très, très prête pour la (possibilité) très réelle de devoir s’isoler.»

Dre Russell propose notamment aux gens d’avoir un garde-manger bien rempli en tout temps lorsque c’est possible.

Les employés devraient également prévoir avec leurs patrons et leurs collègues la possibilité d’avoir à travailler de la maison au besoin.

Les citoyens devraient s’entendre avec quelqu’un pour prendre leur relève pour des activités qui ne pourraient pas attendre la fin de leur quarantaine comme prendre soin d’un proche ou d’un animal.

«Une personne avec laquelle la Santé publique a communiqué s’inquiétait du fait qu’elle ne pourrait pas aller nourrir son cheval et qu’elle n’avait trouvé personne pour le faire à sa place», a raconté la médecin-hygiéniste en chef.

La ligne téléphonique 211 est aussi à la disposition des gens pour obtenir de l’aide gouvernementale en tout genre.

Trois nouveaux cas

La Santé publique a recensé trois nouveaux cas de COVID-19, mercredi. Deux dans la région de Saint-Jean et un dans la région de Bathurst et de la Péninsule acadienne. Les deux cas de Saint-Jean font toujours l’objet d’une enquête pour déterminer la source de l’infection, alors que  celui de Bathurst-Péninsule est lié au voyage, a confié Dre Russell.

Elle a ajouté qu’il était encore trop tôt pour dire si la situation est en train de s’améliorer dans les régions de Moncton et Saint-Jean qui sont passées à la phase orange il y a six et cinq jours respectivement.

Au total, 94 personnes sont atteintes de la COVID-19 au Nouveau-Brunswick en ce moment et l’une d’entre elles est hospitalisée.

La ministre de la Santé, Dorothy Shephard, a indiqué que les autorités travaillent d’arrache-pied pour répondre à la récente augmentation de la demande en matière de test de dépistage depuis le recul de Moncton et Saint-Jean en phase orange.

Dans la seule journée de mardi, 1384 demandes de dépistage ont été soumises en ligne (gnb.ca/coronavirus), dont 503 dans la région de Saint-Jean et 333 dans la région de Fredericton.

Une nouvelle clinique de dépistage a été ouverte à Rothesay et la capacité d’accueil et les heures d’ouverture de celle située près du YMCA de Saint-Jean ont été améliorées, a précisé la Mme Shephard.

Le Réseau de santé Horizon est aussi sur le point d’augmenter la capacité d’accueil de la clinique de dépistage de Fredericton.

«Nous avons un certain retard, mais tous les cas prioritaires ont été traités.  Au fur et à mesure que nous avancerons dès demain, vous constaterez qu’avec la capacité de test supplémentaire nous allons éliminer ce retard», a confié la ministre.

La province a effectué 1060 tests de dépistage, mardi. Le laboratoire de microbiologie du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont de Moncton est capable d’effectuer entre 2000 et 3000 tests par jour, selon Dre Russell.