La cloche disparue de l’église de Saint-Arthur est retrouvée en miettes

L’entreprise responsable de la démolition de l’église de la communauté de Saint-Arthur dans le Restigouche a eu une bien drôle de surprise lorsqu’est venu le temps de commencer les travaux. La cloche de celle-ci avait disparu.

Il ne reste plus grand-chose de l’église Notre-Dame-de-Fatima de Saint-Arthur. En fait, celle-ci a été démolie lundi. Comme pour l’église de Dundee, qui a subi le même sort il y près de deux semaines, les articles de valeurs qui se trouvaient à l’intérieur de la bâtisse avaient été prélevés avant les travaux.

Les objets à connotations religieuses ont été redistribués dans le diocèse. Le reste – comme les portes, les fenêtres, les bancs – a été offert ou vendu à la population en guise de souvenirs.

On avait également trouvé une nouvelle vocation à la cloche de l’église. Celle-ci devait être incorporée à un éventuel monument érigé près du cimetière de l’endroit. Mais cette option n’est malheureusement plus valide. Car pendant un moment, la cloche était introuvable.

«Quand l’entrepreneur est arrivé, la cloche n’était plus là. Au début, on a cru à un vol et on a traité ce dossier comme tel puisque nous n’avions pas donné la permission à qui que ce soit d’en prendre possession», relate l’évêque du diocèse de Bathurst, Mgr Jodoin.

Une plainte a été déposée à la police.

Selon toutes vraisemblances, la cloche aurait été enlevée du clocher aux alentours du 21 novembre. Les fautifs ont rapidement été repérés, tout comme l’objet… mais pas dans l’état souhaité.

«Enlever une cloche c’est un peu compliqué, ça demande de l’équipement spécial comme une grue. Et ceux qui sont venus la chercher n’en avaient pas. Au lieu de la descendre, ils l’ont donc simplement tiré en bas du clocher. Mais on s’entend que jeter une cloche de cette envergure d’une telle hauteur à des conséquences. Elle s’est donc brisée, et pas juste un peu, elle est en morceaux», déplore l’homme d’Église, attestant que la perte est totale.

La thèse du vol a par ailleurs été écartée depuis. Il semble qu’il s’agisse tout au plus d’une erreur de compréhension de la part des individus fautifs.

La cloche de l’église Notre-Dame-de-Fatima de Saint-Arthur a été portée disparue pendant quelques jours. – Acadie Nouvelle: Jean-François Boisvert

«Notre curé a dit aux paroissiens qu’ils pouvaient venir chercher des souvenirs dans l’église avant qu’elle ne soit démolie. Visiblement, avec ce que l’on sait aujourd’hui, il aurait dû être plus spécifique dans ses consignes parce que certains ont compris qu’ils pouvaient prendre vraiment tout, même la cloche. De ce que l’on comprend donc, il n’y avait pas de mauvaises intentions derrière cela», ajoute l’évêque précisant au passage que la plainte a finalement été retirée.

Celui-ci admet que par le passé, des cloches d’église ont déjà fait l’objet de vol puisqu’on croyait – à tort – que ces dernières avaient une grande valeur.

«Chaque cloche est unique, donc facilement retraçable si quelqu’un tente de la revendre. Et d’ailleurs, elles ne sont pas faites en cuivre ou en métaux précieux, mais bien en grande partie de fonte. Elles n’ont donc pas beaucoup de valeur, beaucoup moins en fait que le symbole qu’elle représente pour leur communauté», dit-il.

Il confie être déçu pour la population de Saint-Arthur.

«C’est triste, car on avait un beau projet pour la cloche. C’était un symbole que nous voulions laisser à la communauté, un souvenir de leur église. Mais là, c’est tout simplement impossible. Elle est en miette et il n’y a plus rien à faire avec», analyse Mgr Jodoin.