Chasse à l’as de Paquetville: un homme de Néguac remporte le gros lot

Vincent LeBlanc a fait son signe de croix. Visiblement très nerveux, il s’est approché de la table et, après un court moment d’hésitation, a touché une carte. Celle à droite du paquet caché. Et cette carte a valu à ce résident de Néguac plus de 400 000$, le gros lot de la Chasse à l’as de pique du Centre des loisirs de Paquetville, mardi soir.

Cette septième loterie du Centre a établi d’autres records dans sa seule journée de vente, avec tout près de 280 000$ en seulement 10 heures. Cela permettait au détenteur du billet gagnant d’un lot substantiel de près de 56 000$ avant de tenter sa chance avec les 10 cartes restantes. En trouvant l’as de pique, il allait aussi chercher le lot cumulatif depuis le début de cette chasse de plus de 344 000$.

Juste avant de procéder, le chanceux a pourtant affirmé qu’il n’allait pas l’avoir. Lorsque le gérant du centre André Pinet a retourné la charte choisie et montré que c’était l’as de pique, l’heureux élu s’est retiré de la table, très ému et incapable de parler.

Dans la photo, M. LeBlanc (troisième à partir de la gauche) tient son chèque en compagnie de la trésorière Dianne Butler, la présidente du centre, Angélie Thériault, et du gérant André Pinet.

Uniquement mardi, le conseil d’administration du Centre des loisirs a pu ajouter au-delà de 125 000$ à sa cagnotte pour payer des rénovations importantes à l’édifice et l’asphaltage du stationnement. Selon M. Pinet, la loterie a permis de ramasser au moins un demi-million de dollars.

Le comité de gestion de la paroisse Saint-Augustin a également pu empocher tout près d’un 14 000$ additionnel.

Mardi, jour de la mise en vente des billets, des gens ont fait le pied de grue deux heures avant l’ouverture des portes, prévue à 10h. Vers 14h, des ventes de plus de 160 000$ avaient été recueillies et les organisateurs s’attendaient déjà à battre le record de 209 000$ établi la semaine dernière. Une longue file de voitures a embouteillé la rue Principale, mais il fallait moins de cinq minutes pour obtenir un des précieux billets, preuve que les bénévoles affectés au stationnement et à la vente faisaient de l’excellent boulot. Une personne de la région d’Escuminac est même allée dépenser 5200$, mardi matin.