COVID-19: Moncton et Fredericton s’approchent d’un retour en phase jaune

Les régions de Moncton et de Fredericton s’approchent peu à peu d’un retour dans la phase jaune. Un déconfinement pourrait survenir «bientôt» si le nombre de cas actifs continue de diminuer, selon Blaine Higgs.

La médecin-hygiéniste en chef et le premier ministre ont fait le point sur la pandémie lors d’un point de presse, jeudi après-midi à Fredericton.

La Dre Jennifer Russell a annoncé la découverte de six nouveaux cas, tous dans le sud de la province. Quatorze personnes ayant reçu un diagnostic positif se sont rétablies. Jeudi, il y avait 111 cas actifs et aucune hospitalisation au Nouveau-Brunswick.

La situation reste plus préoccupante dans le Sud que dans le Nord. Les régions de Moncton, de Fredericton et de Saint-Jean demeureront en phase orange de déconfinement jusqu’à nouvel ordre (tandis que le reste de la province est dans la phase jaune).

Blaine Higgs a cependant tenu des propos encourageants pour le Sud. Il a dit avoir «bon espoir» qu’un retour en phase jaune sera possible «plus tôt que tard».

«Nous avons tous l’espoir que nous pourrons voir des changements au cours des prochains jours. Cela pourrait prendre un peu plus de temps à Saint-Jean (où sont la majorité des cas actifs)», a-t-il confié.

La Dre Russell a affirmé qu’elle surveille de près ce qui se passe dans le Sud et qu’elle y voit des signes encourageants.

«Nous voyons du progrès, ce qui veut dire que les gens suivent les directives.»
La Santé publique effectuera une évaluation des risques, dimanche, pour les régions de Moncton et de Fredericton. Cela pourrait éventuellement amener la Dre Russell à recommander un passage en zone jaune.

Noël: les déplacements non essentiels fortement déconseillés 

La Santé publique a dévoilé ses directives pour le temps des Fêtes, jeudi. En gros, elles suivent les grandes lignes des phases de déconfinement qui sont déjà en vigueur.

Par exemple, les rassemblements intérieurs – soupers, réveillons, fêtes, etc. – rassemblant les membres de plus d’un ménage seront interdits dans les régions en phase d’alerte orange ou rouge.

Ils seront permis dans les régions en phase jaune, mais le nombre de participants devra être de 20 ou moins.

Les visites du père Noël, les défilés et les kiosques d’emballages sont seulement autorisés dans les régions dans la phase d’alerte jaune.

Partout au Nouveau-Brunswick, le père Noël doit parler aux enfants de loin et il doit se porter un masque en tissu. Les enfants ne peuvent pas s’asseoir sur ses genoux.

Les autorités demandent aux gens de ne pas effectuer de déplacements non essentiels et de trouver d’autres moyens de passer du temps ensemble (par exemple grâce à la vidéoconférence).

La Dre Russell affirme que ce n’est pas le temps d’aller fêter Noël dans les pays chauds.

«Ce n’est pas non plus l’année de quitter la province pour rendre visite à des membres de la famille, ni pour inviter les membres de la famille qui habitent à l’extérieur du Nouveau-Brunswick de venir passer les Fêtes avec vous.»

Pas de prolongement du congé des Fêtes dans les écoles

Le congé du temps des Fêtes ne sera pas prolongé dans les écoles du Nouveau-Brunswick en raison de la COVID-19. C’est ce qu’a décidé le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Dominic Cardy.

«Le calendrier va rester le même. On va avoir des congés entre le 21 décembre et le 3 janvier», dit-il en entrevue téléphonique avec l’Acadie Nouvelle.

Il avait évoqué la possibilité d’une prolongation plus tôt cette semaine lors d’un point de presse sur la pandémie.

Au cours des derniers jours, il a consulté la Santé publique pour voir si cette mesure contribuerait à freiner la propagation du virus. Il s’agissait du facteur le plus important à ses yeux.

«La Santé publique nous a dit que cela n’était pas nécessaire», explique-t-il.

Le ministre Cardy affirme que le prolongement aurait pu avoir certains impacts positifs. Il aurait par exemple donné un peu plus de temps aux enseignantes et enseignants afin de se préparer au deuxième semestre.

Mais un congé des Fêtes plus long que prévu aurait aussi pu avoir des conséquences négatives pour les garderies et les parents, dit-il.

«Cela aurait mis de la pression sur le système d’éducation à la petite enfance, sur les dépenses et la planification des parents et des familles. Il a fallu balancer toutes ces parties de l’équation.»

Dominic Cardy dit d’ailleurs qu’il est conscient que certains dans le système scolaire ressentent de l’épuisement en raison des nouvelles contraintes liées à la pandémie.

«On continue de regarder les manières qu’on peut régler ces problèmes à long terme.»

Vu que les campagnes de vaccination approchent et que l’on commence à «peut-être voir le commencement de la fin de la pandémie», le ministère évalue déjà comment il pourra réviser le fonctionnement des écoles.

«Mais on ne va clairement pas faire ça avant la fin de l’année. Ça, c’est une décision pour 2020-2021.»