COVID-19: pas de prolongement du congé des Fêtes dans les écoles

Le congé du temps des Fêtes ne sera pas prolongé dans les écoles du Nouveau-Brunswick en raison de la COVID-19.

C’est ce qu’a décidé le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Dominic Cardy.

«Le calendrier va rester le même. On va avoir des congés entre le 21 décembre et le 3 janvier», dit-il en entrevue téléphonique avec l’Acadie Nouvelle.

Le ministre avait évoqué la possibilité d’une prolongation plus tôt cette semaine en point de presse sur la COVID-19. L’idée a fait l’objet de réflexions au cours des derniers jours.

Le ministère a notamment consulté la Santé publique pour voir si cette mesure contribuerait à freiner la propagation du virus. Il s’agissait du facteur le plus important aux yeux du ministre.

«La Santé publique nous a dit que cela n’était pas nécessaire», explique-t-il.

Le ministre Cardy affirme que le prolongement aurait pu avoir certains impacts positifs.Il aurait par exemple donné un peu plus de temps de planification aux enseignantes et enseignants avant la reprise des classes.

Mais un congé des Fêtes plus long que prévu aurait aussi pu avoir des conséquences négatives pour les garderies et les parents.

«Cela aurait mis de la pression sur le système d’éducation à la petite enfance, sur les dépenses et la planification des parents et des familles. Il a fallu balancer toutes ces parties de l’équation.»

Dominic Cardy dit d’ailleurs qu’il est conscient que certains dans le système scolaire ressentent de l’épuisement en raison des nouvelles contraintes liées à la pandémie. Cette question est sur son radar, dit-il.

«On continue de regarder les manières qu’on peut régler ces problèmes à long terme. À compter de septembre, on a mis en place des employés additionnels, des concierges, etc. pour essayer de réduire un peu la charge de travail des enseignants et enseignantes..»

Il dit aussi que maintenant que les campagnes de vaccination pour la COVID-19 approchent et que l’on commence à «peut-être voir le commencement de la fin de la pandémie», le ministère évalue comment il pourra réviser le fonctionnement des écoles.

«Mais on ne va clairement pas faire ça avant la fin de l’année. Ça, c’est une décision pour 2020-2021.»