Baie-Sainte-Anne: deux travailleurs paramédicaux aident une femme à accoucher

Les travailleurs paramédicaux Ian Hallihan et Marcel Breau ont aidé une femme de Baie-Sainte-Anne à accoucher chez elle le 2 novembre. Ils racontent cet événement rare.

«Beaucoup de gens n’aiment pas entendre les bébés pleurer, mais les travailleurs paramédicaux si, car c’est bon signe», s’exclame M. Hallihan dans un éclat de rire.

Malgré ses 12 ans d’expérience, il n’avait jamais aidé un enfant à venir au monde. Son équipier non plus, après 14 années de service.

De janvier à novembre 2020, Ambulance Nouveau-Brunswick a par exemple reçu 13 appels visant des patientes enceintes sur 110 000 au total. Il y a eu un nombre encore plus faible de naissances hors d’un hôpital, selon la compagnie.

«C’était assez éprouvant pour les nerfs, mais nous sommes entraînés pour ça, précise M. Hallihan. Nous avons suivi le protocole et tout s’est passé très bien. Nous étions très contents quand le bébé est sorti.»

Tout est allé très vite, selon lui.

Dans le calme, les deux travailleurs paramédicaux s’étaient assis pour manger, lorsqu’un appel concernant une femme enceinte a retenti.

«En général, nous y allons pour transporter la mère à l’hôpital. Nous avons d’abord pensé que ce serait le cas pour elle aussi, relate M. Hallihan. Mais vite, ses contractions se sont rapprochées. Nous avons donc décidé de la faire accoucher chez elle.»

Il explique qu’il se trouvait alors avec son équipier à 45 minutes de l’hôpital et de l’ambulance les plus proches. Il se rappelle avoir ressenti du stress.

«Un bébé qui se présente par le siège ou avec le cordon ombilical enroulé autour du cou, beaucoup de choses peuvent mal se passer, mais nous sommes préparés», détaille M. Hallihan.

Le travailleur paramédical insiste sur l’émotion qu’il a connu une fois le bébé en bonne santé dans ses bras, près de la mère en bonne santé également, tout juste 30 minutes après avoir quitté son repas.

«C’est une chose que tu peux raconter à ta femme et à ta famille, une bonne nouvelle au milieu la pandémie», se réjouit-il.

M. Hallihan et M. Breau reconnaissent en outre faire face à la souffrance et à la mort la plupart du temps.

«Là, nous avons aidé un bébé à venir au monde, observe le premier. C’est très différent», acquiesce le second.

Les deux hommes ont gagné une médaille en forme de cigogne, symbole de la natalité.