COVID-19: les premières doses de vaccins seront en sol canadien avant la fin de l’année

On attend toujours le feu vert de Santé Canada, mais Justin Trudeau affirme que les premiers Canadiens recevront le vaccin de Pfizer avant la fin de l’année.

Le premier ministre en a fait l’annonce lundi avant-midi.

Il y aura livraison de « jusqu’à 249 000 » doses du vaccin Pfizer-BioNTech au Canada en décembre, a annoncé M. Trudeau. Le premier arrivage est attendu la semaine prochaine. Ottawa a acheté 20 millions de doses à cette compagnie et pris une option d’achat sur 56 autres millions.

Ce vaccin s’administre en deux doses. Si tout va comme prévu, 124 500 Canadiens recevront leur première dose avant que 2020 ne s’achève, et leur seconde dose au tout début de 2021.

« Cette nouvelle signifie que nous pourrons prendre de l’avance dans notre plan de vaccination », s’est réjoui le premier ministre.

Ceci reste conditionnel à une approbation du produit par Santé Canada, approbation attendue d’ici quelques jours.

Le gouvernement fédéral s’était pourtant donné le droit de recevoir des vaccins avant une approbation officielle, quitte à les entreposer et ne débuter l’inoculation qu’une fois le produit approuvé.

La compagnie Pfizer veut s’assurer que son produit, rare et « précieux », sera utilisé, a-t-on compris des explications du premier ministre et de sa ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand.

« Avant que ces livraisons ne se matérialisent, Pfizer a besoin d’être assurée que les provinces et les territoires sont prêts à recevoir ces doses », a également indiqué la ministre Anand.

La distribution aux provinces

« La distribution de vaccins sera faite per capita, à travers le pays, pour chaque province », a précisé le premier ministre.

Ceci s’applique également aux doses attendues en décembre.

C’est la compagnie elle-même qui livrera les doses aux 14 sites identifiés par les provinces et les territoires, étant donné la nécessité de garder ce produit à une température sous les – 70 degrés Celsius.

Le major général Dany Fortin a souligné qu’une répétition générale se tient cette semaine et la formation sur les sites commence mardi.

Selon lui, lorsque les doses seront livrées sur les 14 sites, la vaccination commencera rapidement.

« Un jour ou deux pour passer à travers les étapes de manutention, déballage, dégeler le produit, (…) décanter, et puis le mixage », a détaillé le militaire en charge de la logistique de cette opération.

Le gouvernement fédéral organise la distribution aux provinces des vaccins achetés à l’étranger. Celles-ci doivent avoir chacune leur plan de vaccination.

Nouvel amincissement de la liste prioritaire d’Ottawa

On sait déjà qu’Ottawa n’a de garantie que pour six millions de doses d’ici la fin mars, en provenance de Pfizer et de Moderna. C’est assez pour vacciner trois millions de Canadiens.

Les autorités fédérales de santé publique ont précisé vendredi leur guide pour les populations à vacciner en priorité. Les Canadiens qui se retrouveraient sur cette liste sont plus de trois millions. Le groupe des personnes âgées de plus de 70 ans, à lui seul, représente presque 4,7 millions de Canadiens.

Pourtant, l’administratrice en chef de l’Agence de la santé publique du Canada, Theresa Tam, affirmait, vendredi, que tous les groupes prioritaires seraient couverts par les six millions de doses, avant la fin mars.

Lundi, Santé Canada a tenté d’expliquer l’incohérence mathématique.

« Au cours du premier trimestre, l’accent sera mis sur la vaccination des personnes âgées de 80 ans et plus. Les personnes de 70 à 79 ans seront ajoutées à la liste à mesure que nous recevrons de nouvelles doses de vaccins au cours du deuxième trimestre », a écrit à La Presse Canadienne une porte-parole du ministère.

Ce nouvel ajustement qui reporte la vaccination des 70 à 79 ans au deuxième trimestre de 2021 amincit, un peu plus encore, la liste prioritaire recommandée par Ottawa.

Pendant ce temps, l’opposition aux Communes continue de réclamer un plan détaillé de vaccination pour tout le pays. Une motion en ce sens, présentée la semaine dernière par les conservateurs, devait être soumise aux voix lundi après-midi.

La motion exige un plan avant le 16 décembre.