30 jeunes francophones à surveiller en 2021 

Le Nouveau-Brunswick fourmille de jeunes qui s’impliquent dans leur communauté et qui ont un énorme potentiel. L’Acadie Nouvelle vous présente aujourd’hui 30 jeunes francophones de moins de 30 ans à surveiller. Comme le veut la tradition, la liste a été complètement renouvelée et a été dressée sans ordre particulier. Recherche et textes par Simon Delattre, Cédric Thévenin et Pascal Raiche-Nogue.

Lucille Doiron, 25 ans 
Directrice générale, Imaginons la Péninsule acadienne autrement

Lucille Doiron

Lucille Doiron est à la tête du collectif Imaginons la Péninsule acadienne autrement depuis juin 2020. Cette jeune engagée a décidé de s’établir à Maisonnette après ses études universitaires et a sa région à cœur. Son projet de maîtrise portait sur la capacité de la Péninsule acadienne à faire face aux bouleversements environnementaux actuels et à venir. Elle va bientôt produire une version papier pour rendre son travail plus accessible à la population. La politique municipale l’intéresse beaucoup et elle songe à se présenter aux prochaines élections.

Samuel Landry, 22 ans
Artiste queer acadien

Samuel Landry, 22 ans

Samuel Landry, alias Mona Noose, travaille d’arrache-pied pour développer l’art du drag en Acadie. En 2019, il a cofondé la troupe bilingue Haus of Ménage avec trois collaborateur.ices. En 2020 il a participé à deux résidences artistiques à Moncton en compagnie de l’artiste Xavier Gould et a continué à se produire sur scène. L’année prochaine, cet artiste de Moncton souhaite continuer de prendre sa place comme artiste queer acadien et participer à divers projets.

Alex Arseneau, 27 ans
Président de la FÉÉCUM

Alex Arseneau, 27 ans

Alex Arseneau préside la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (Féécum) depuis septembre. Durant la session d’hiver, l’étudiant en sociologie militera pour la plantation d’arbres fruitiers, l’installation de toilettes non genrées supplémentaires, la réflexion sur le racisme et la décolonisation en milieu académique, l’organisation d’un événement sur le militantisme étudiant en Acadie, la mise en place d’une association des disciplines fondamentales et la mise à disposition d’un fonds de bourse pour les étudiants internationaux. Le frère du député Kevin Arseneau s’est déjà fait connaître par de multiples engagements communautaires, avec les associations écologistes Symbiose et les Sentinelles Petitcodiac notamment.

Aiden Ingersoll, 16 ans 
Auteure-compositrice-interprète

Aiden Ingersoll, 16 ans

Cette jeune artiste de Miramichi a remporté les grands honneurs dans la catégorie solo lors de l’édition 2020 du concours provincial Accros de la chanson. La pandémie a brouillé les cartes cette année, mais elle veut se reprendre au cours des prochains mois. Aiden Ingersoll compte se produire sur scène à quelques reprises et veut lancer de nouvelles chansons. Elle terminera ses études secondaires en 2021-2022.

Julien LeBlanc, 22 ans 
Agent de développement et bénévole

Julien LeBlanc, 22 ans

Ce jeune leader travaille comme agent de développement d’affaires à l’Association des constructeurs d’habitations du Grand Moncton. Dans le cadre de son poste, il défend les intérêts des membres auprès des autorités et gère le comité organisateur du Salon de l’habitation du Grand Moncton, dont la prochaine édition aura lieu en mars 2022 (pandémie oblige). Julien LeBlanc est aussi le vice-président du festival Océan Festive, qui se déroule à la plage Parlee de Shediac en août.

Josiane Comeau, 19 ans
Gagnante de La Voix

Josiane Comeau, 19 ans

Josiane Comeau a remporté en octobre la finale du concours télévisé de TVA, La Voix 2020. Elle a reçu 59% des votes du public. Elle a ainsi gagné 50 000$ et un contrat pour un album avec le label Musicor. La chanteuse espère produire son disque et recommencer à donner des concerts en 2021. Elle continuera en même temps ses études à l’Université de Moncton pour réaliser l’un de ses rêves en dehors de la musique, pratiquer la médecine familiale. L’étudiante souhaite aussi reprendre son travail de préposée aux soins dans un foyer pour personnes âgées. Elle aimerait enfin faire à nouveau du bénévolat pour le Repaire jeunesse de Moncton.

Jonah Guimond, 25 ans 
Auteur-compositeur-interprète

Jonah Guimond, 25 ans

Jonah Guimond, alias P’tit Belliveau, a fait tout un tabac en 2020. Son premier album, Greatest Hits Vol. 1, a retenu l’attention à l’échelle nationale. Il lui a notamment permis de remporter un Félix, deux prix GAMIQ et une place sur la longue liste du prestigieux prix de musique Polaris. Cet artiste country-pop originaire de la Nouvelle-Écosse – et aujourd’hui établi à Moncton – prévoit retourner vivre à la baie Sainte-Marie et lancer de nouveaux enregistrements en 2021.

Simon Thériault, 17 ans  
Président de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick

Simon Thériault, 17 ans

Élève de 12e année de la polyvalente Thomas-Albert de Grand-Sault, Simon Thériault  a été nommé président de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick (FJFNB), après avoir joué le rôle de représentant du Nord-Ouest puis de vice-président au sein de l’organisme. L’environnement, la santé mentale et la représentation politique des jeunes sont parmi les enjeux qui lui tiennent le plus à coeur, tandis que l’improvisation occupe une partie de son temps libre. Le jeune homme s’est impliqué récemment dans la campagne #MonFéminismeEnAction qui tente  de créer une culture féministe dans les écoles francophones du Nouveau-Brunswick.

Nellys Kalgora, 18 ans
Organisatrice des marches Black Lives Matter

Nellys Kalgora, 18 ans

Nellys Kalgora est à l’initiative de deux marches pacifiques d’appui au mouvement américain Black Lives Matter suite au décès de George Floyd aux mains d’un policier blanc. Plusieurs centaines de personnes ont répondu à son appel en faveur d’une société débarrassée du racisme et se sont fait entendre dans le centre-ville de Moncton. Diplômée de l’école secondaire L’Odyssée, la jeune femme poursuit ses études universitaires en science politique et espère intégrer l’école de travail social de l’Université de Moncton par la suite.

Félix Perkins, 18 ans
Poète

Félix Perkins, 18 ans

Le petit gars de Saint-Hilaire a présenté cet automne son premier recueil de poésie, Boiteur des bois. Dans son l’ouvrage publié aux Éditions Perce-Neige, Félix Perkins embarque le lecteur dans sa quête identitaire à la rencontre de ses questionnements, de son amour pour la nature, de ses héritages wendat, italien, espagnol et québécois. L’auteur du Madawaska prévoit axer ses études postsecondaires sur les perspectives autochtones en environnement. Il songe également à se lancer dans de nouveaux projets d’écriture théâtrale et cinématographique.

Yanic Duplessis, 17 ans
Joueur de hockey

Yanic Duplessis, 17 ans

Joueur de hockey prometteur, Yanic Duplessis a divulgué son homosexualité au blogueur Craig Eagles. Celui-ci a révélé l’information sur le site internet FDS Podcasts Network en septembre. Les réactions ont ensuite été nombreuses. Plusieurs personnalités du hockey ont salué le courage de l’adolescent originaire de Saint-Antoine-de-Kent, dont les anciens joueurs des Canadiens de Montréal, Guillaume Latendresse et Enrico Ciccone. Yanic Duplessis a choisi de pratiquer son sport avec ses amis d’école pendant l’hiver, mais n’abandonne pas l’idée de jouer junior majeur ou junior A. L’élève de la polyvalente Clément-Cormier à Bouctouche souhaite devenir avocat spécialisé dans les conflits financiers.

Mohamed Bouya Ely Vall, 25 ans
Président de l’AÉÉICUM

Mohamed Bouya Ely Vall, 25 ans

Mohamed Bouya Ely Vall préside depuis juillet l’Association des étudiants internationaux du Campus universitaire de Moncton (AÉÉICUM) pour la deuxième fois. Le jeune homme originaire de Mauritanie (dans le nord-ouest de l’Afrique) est par ailleurs récipiendaire de la Bourse d’études au Canada, qu’il a gagnée avec 15 autres étudiants étrangers parmi 500 candidatures en 2020. Le chercheur en maîtrise de sciences de gestion était pourtant incapable de s’exprimer correctement en français et en anglais à son arrivée à Moncton, il y a cinq ans! Il souhaite travailler dans le domaine du développement sociétal et favoriser l’épanouissement des minorités au Nouveau-Brunswick.

Madison Milliea – 13 ans
Danseuse traditionnelle

Madison Milliea – 13 ans

Cette jeune autochtone de Richibucto – membre de la communauté mi’kmaq d’Elsipogtog – est passionnée de danse traditionnelle. Avant la pandémie, elle participait régulièrement à des pow-wow. Elle effectuait aussi des présentations dans les écoles de la région sur la culture autochtone en compagnie de son frère et de son grand-père. Madison Milliea est membre du conseil étudiant de l’école Soleil Levant et s’intéresse à la politique. Elle rêve de devenir députée de Kent-Nord un jour.

Marc-André Vienneau, 21 ans 
Président des Jeunes libéraux du N.-B.

Marc-André Vienneau, 21 ans

Ce jeune Acadien est un mordu de politique. Il obtiendra son baccalauréat en science politique à l’Université de Moncton en mai et va entamer une maîtrise en administration publique l’automne prochain. En plus d’être le président des Jeunes libéraux du Nouveau-Brunswick, il est aussi adjoint politique au bureau de circonscription du député fédéral Dominic LeBlanc. En 2021, il souhaite participer à la reconstruction du Parti libéral du Nouveau-Brunswick.

Martine Rioux, 29 ans
Coordonnatrice du projet des Communautés francophones accueillantes

Martine Rioux, 29 ans

Martine Rioux travaille à faciliter le parcours des immigrants francophones dans le Haut-Saint-Jean (Madawaska). L’Acadienne originaire de Kedgwick tente de faire en sorte qu’ils se sentent intégrés dans la communauté où ils ont choisi de s’établir. En plus de ce projet pilote administré par l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick et mis sur pied par gouvernement fédéral, elle a organisé une distribution de cadeaux par des jeunes et de nouveaux arrivants sur son temps personnel.

Jacob Stever, 19 ans
Vidéaste sur YouTube

Jacob Stever, 19 ans

Jacob Stever a créé une chaîne sur la plateforme de vidéos sur internet YouTube dès 2015: OnlyMobileGames. Cet étudiant en marketing au CCNB de Dieppe a vu ses contenus portant sur les jeux vidéos sur téléphone cellulaire rencontrer du succès à la fin de 2019, grâce à l’aide qu’il a apportée aux joueurs de Braine Out. Il raconte avoir enregistré environ 200 000 abonnements et 60 millions de vues en six mois. Ce résultat lui a permis de gagner une somme d’argent représentant un petit salaire annuel. Il souhaite trouver des idées lui permettant de renouveler cette réussite régulièrement afin de bâtir une carrière de vidéaste.

Kenza Bennouna, 21 ans
Conseillère financière et bénévole auprès des nouveaux arrivants

Kenza Bennouna, 21 ans

Originaire du Maroc, Kenza Bennouna est une conseillère financière de la région de Miramichi, fraîchement diplômée en Administration des affaires – planification financière du CCNB. Au cours des derniers mois, la jeune femme s’est démultipliée pour venir en aide aux nouveaux arrivants. Elle a notamment créé une association provinciale (International Student’s Association of New Brunswick) pour conseiller et orienter les étudiants internationaux affectés par la pandémie. Lors de ses études à Dieppe, Kenza a offert des sessions de tutorat, organisé un projet culinaire avec l’aide de Dialogue NB et joué le rôle de traductrice pour des familles syriennes nouvellement arrivées dans la région tout en les aidant à apprendre la langue française.

Jeanne Boucher, 17 ans
Élève engagée

Jeanne Boucher, 17 ans

Cette élève de 12e année à l’école L’Odyssée a été élue au sein du conseil d’éducation du District scolaire francophone Sud. Jeanne Boucher s’investit énormément dans la cause environnementale et l’accompagnement des élèves nouveaux arrivants. Elle s’est notamment démarquée en remportant la finale du tournoi provincial de débats organisée par la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick. L’adolescente souhaite se professionnaliser dans le domaine de la santé.

Lina Alqadi, 15 ans
Jeune prodige

Lina Alqadi, 15 ans

En terminant à l’âge de 15 ans sa 12e année à l’école l’Odyssée de Moncton, Lina Alqadi était cette année la plus jeune diplômée du secondaire au Nouveau-Brunswick. Brillante et remarquée par ses enseignants, elle arrive à l’université deux ans avant la date prévue. L’adolescente a vu ses efforts récompensés par la Médaille académique du Gouverneur général et une première place au concours d’écriture Paroles plein la tête de la FJFNB En septembre, Lina a fait ses premiers pas à l’Université de Moncton en septembre en intégrant le programme préparatoire des sciences de la santé, dans l’espoir de devenir médecin par la suite.

Jessica Lebreton, 28 ans
Artiste et directrice générale du Centre plein air de Caraquet

Jessica Lebreton, 28 ans

Sentiers pédagogiques, parcours d’installations artistiques, la jeune directrice générale du Centre plein air de Caraquet ne manque pas de nouvelles idées pour rendre les promenades à travers la ville plus attrayantes. Artiste dans l’âme, Jessica est passionnée par la peinture et commence à se faire un nom dans la région. Elle est également la vice-présidente de Communautés et loisir Nouveau-Brunswick, et fait partie des conseils d’administration d’Imaginons la Péninsule acadienne autrement, du Festival des arts visuels en Atlantique et du Rendez-vous de la fierté Acadie Love.

Daniel Saucier, 26 ans
Chercheur en santé

Daniel Saucier

Cet étudiant au programme de doctorat en recherche en sciences de la santé au Centre de formation médicale du Nouveau-Brunwick effectue des recherches sur la sclérose latérale amyotrophique. Ses travaux lui ont permis de décrocher la Bourse de la Fondation O’Brien cette année. Passé par le programme d’immersion de la Riverview High School, Daniel Saucier a ensuite suivi le programme préparatoire aux sciences de la santé de l’Université de Moncton avant de décrocher un baccalauréat puis une maîtrise en biochimie.Au cours de la dernière décennie, le jeune homme a empêché plusieurs noyades en tant que sauveteur. Il est déterminé à devenir professeur et continuer d’étudier des maladies rares.

Marie-Yvette Souma, 23 ans
Étudiante en médecine

Marie-Yvette Souma, 23 ans

Étudiante de 3e année au Centre de formation médicale du N.-B., Marie-Yvette Souma espère devenir médecin de famille Elle a vu son rendement scolaire et son implication communautaire récompensés par de multiples bourses et le prix du Consortium national de formation en santé en 2020. On l’a vue à l’œuvre lors du service des petits déjeuners à l’École Saint-Henri, de la distribution de souper aux sans-abris de Moncton ou du café de la mémoire organisé par la Société Alzheimer du N.-B. Au cours des dernières années, la jeune femme s’est impliquée dans une foule d’organisations, notamment les organismes d’aide à l’établissement des nouveaux arrivants (CAFI et MAGMA), la Banque alimentaire de la fédération des étudiants et étudiantes du centre universitaire de Moncton, Fondation des Maladies du Cœur, Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour, le Comité Vrais Copains et le programme de mentorat pour les étudiants en D.S.S.

Julien Haché, 22 ans
Coordonnateur en marketing à l’Office du tourisme de la Péninsule acadienne

Julien Haché

Julien Haché a pour mission de promouvoir les différentes attractions touristiques de la Péninsule acadienne depuis mai 2020. Le jeune diplômé de l’Université de Moncton a pris ses fonctions dans une crise, juste après le début de la pandémie de COVID-19. Il raconte avoir conçu deux stratégies marketing pour l’automne, «Redécouvrir la Péninsule acadienne pour l’été 2020» et «La Péninsule acadienne, toujours accueillante!» Julien Haché s’implique aussi beaucoup dans l’action communautaire. Il est notamment vice-président du Club plein air de Caraquet. Il essayera par exemple d’obtenir le financement nécessaire pour l’achat d’une surfaceuse neuve pour les pistes de ski de fond.

Mohamed Chetoui et Andy Couturier, 29 et 27 ans
Chercheurs en intelligence artificielle

Mohamed Chetoui, 29 ans

Mohamed Chetoui et Andy Couturier travaillent pour le Groupe de recherche en Perception Robotique et Intelligence Machine (PRIMe) de l’Université de Moncton. Avec le professeur Moulay Akhloufi, ils ont développé un outil qui permet de dépister la COVID-19 à l’aide d’images radiographiques des poumons. Des médecins d’un l’institut lié à l’hôpital Montfort en Ontario testent leur réalisation.

Personnellement, Andy Couturier a travaillé en collaboration avec la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) pour créer un site internet novateur afin de lutter contre la désinformation: Faits Covid-19. Il essaie également de concevoir une intelligence artificielle permettant à un drone de se déplacer en autonomie grâce à une caméra.

Andy Couturier, 27 ans

Mohamed Chetoui tente de développer une intelligence artificielle capable de détecter des maladies à partir d’image d’yeux. Il s’intéressera au dépistage par ordinateur d’autres maladies comme le cancer au cours de l’année de 2021.

Karine St-Coeur, 18 ans
Championne de dynamophilie

Karine St-Coeur, 18 ans

Depuis sa première compétition provinciale de dynamophilie (powerlifting) en 2019, Karine St-Coeur a battu tous les records canadiens de la CPU (Canadian Powerlifting Union) dans sa catégorie (sub-junior, 47 kg). Elle a participé à ses premiers championnats nationaux en mars 2020 et s’est qualifiée pour les championnats mondiaux. L’événement devait avoir lieu au Bélarus, mais a été annulé en raison de la pandémie. En 2021, elle va passer à la catégorie junior et compte bien battre de nouveaux records canadiens. Elle souhaite aussi se qualifier pour les championnats mondiaux.

Gabrielle Léger, 22 ans
Étudiante en médecine

Gabrielle Léger, 22 ans

Étudiante en 3e année au Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick, Gabrielle Léger s’implique dans la section locale de l’organisme Les Vrais copains, dédié à promouvoir des amitiés entre les personnes atteintes de trouble de santé mentale et des étudiants à travers. Avant que la pandémie ne contrarie ses plans, la jeune femme de Shediac, organisait des séances au gymnase, des sorties à la piscine, ou des soirées bingo mêlant des étudiants de l’Université de Moncton et des jeunes à besoins spéciaux, principalement atteints de trouble du spectre de l’alcoolisation foetale. Gabrielle est également sauveteuse à la place Parlee depuis 5 ans et bénévole dévouée de la Société de sauvetage du Nouveau-Brunswick. Entre la médecine familiale, la psychiatrie ou la médecine d’urgence son coeur balance.

François Richard, 17 ans
Coureur

François Richard, 17 ans

Ce jeune athlète originaire de Dieppe étudie dans une école privée à Windsor en Nouvelle-Écosse. Il a récemment remporté le championnat provincial scolaire de cross-country (6 km) en Nouvelle-Écosse. Sur la scène nationale, il a remporté trois médailles au cours des dernières années en salle et à l’extérieur. En 2021, François Richard veut remporter les championnats provinciaux d’athlétisme au printemps et ensuite courir au niveau universitaire. Il a aussi comme objectif de représenter le Nouveau-Brunswick lors des Jeux du Canada en 2022.

Mylène Gagné, 27 ans
Entrepreneure

Mylène Gagné, 27 ans

Cette jeune entraîneuse personnelle et entrepreneure d’Edmundston a lancé une marque de vêtements sportifs, Hype N Syke, peu après le début de la pandémie. Elle voulait s’investir dans un projet afin de motiver les gens et ne pas se laisser abattre. Mylène Gagné crée des vêtements confortables – par exemple pour la randonnée et le vélo – et qui font la promotion de valeurs telles que la tolérance et l’inclusion. En 2021, elle se donne comme défi de réduire l’empreinte écologique de son entreprise, d’appuyer plus d’organismes et d’organiser des événements.

Jolène Gionet, 25 ans
Soudeuse

Jolène Gionet, 25 ans

Jolène Gionet travaille comme soudeuse pour un installateur de structures en acier de Tracadie, MQM Quality Manufacturing. La jeune femme travaille à la conception de poutres en métal de 4 à 5 pouces d’épaisseur. Diplômée du CCNB, elle a aussi obtenu une accréditation Sceau rouge en soudure, qui lui permet de faire reconnaître ses qualifications n’importe où au Canada. La jeune femme travaille pour en avoir un deuxième, cette fois en assemblage et montage de charpentes en acier. Elle a par ailleurs milité dans l’organisme Nouvelles Bottes, pour promouvoir les femmes dans les métiers spécialisés non traditionnels, dans la construction par exemple. Elle constate la persistance de préjugés misogynes dans ces domaines d’activités, même si elle estime que les femmes y sont mieux acceptées.