Un festival des brasseries de Moncton en février

Le Grand Moncton aura son premier festival des brasseries locales du 22 au 27 février. Le propriétaire du restaurant Tide & Boar, Chad Steeves a créé l’événement avec son ami Christian Moger.

«C’est une bonne façon d’intéresser les gens à la bière artisanale grâce à des événements amusants, explique l’entrepreneur. Ça paraissait opportun cette année, parce que c’est difficile de faire sortir les consommateurs à cause de la COVID-19.»

Le site internet de la Semaine des bières artisanales de Moncton informe déjà sur plusieurs activités.

Le Tide & Boar accueillera par exemple l’Extreme Home Brew Competition le 22 février. Son jury sélectionnera la bière d’un amateur, afin qu’elle soit brassée par Tire Shack Brewing puis servie dans plusieurs bars.

Les curieux pourront aussi se faire guider dans des brasseries le 27 février, entre lesquels ils pourront se déplacer gratuitement en bus de 11h à 17h.

M. Steeves note qu’il rendra cet événement annuel si sa première édition rencontre du succès. Il espère que ce sera le cas.

«Ce type de festival existe dans d’autres villes partout dans le monde. Halifax et Fredericton organisent chacun le leur. C’est quelque chose que je voulais organiser depuis un moment», raconte-t-il.

Pour l’entrepreneur, dont l’établissement brasse de la bière depuis quatre ans, c’est la suite logique du développement du secteur brassicole dans le Grand Moncton.

J’ai ouvert le Tide & Boar il y a dix ans. Il y avait vraiment peu de brasseries à l’époque (Acadie Broue, Pump House). Nous avions du mal à avoir une sélection de bières artisanales en pression, se souvient-il. Maintenant, il y a tellement de brasseries! Et c’est super parce que la bière a meilleur goût quand elle est fraîche.»

Holly Whale, Flying Boats, Cavok, Tire Shack, O’Creek, Scow, Gahan House Hub City, Chockpish font par exemple partie des brasseries qui ont ouvert dans le Grand Moncton récemment selon lui.

Tendance nationale

«Les gens ont réalisé qu’ils pouvaient monter une entreprise avec ça, commente M. Steeves. Les clients veulent plus de saveurs dans leur bière. Et c’est amusant d’en faire une unique, de la boire et de la vendre.»

Cette tendance s’observe à l’échelle nationale et dans beaucoup d’autres pays.

Au Canada, le nombre de brasseries est passé de 10 à 640 entre 1985 et 2015, selon un article de la revue Economic Perspectives on Craft Beer. De 2000 à 2010, la vente de bière y a aussi été multipliée par 10, mais la grande majorité des producteurs sont de petites tailles selon l’étude de 2017.

«La bière artisanale, et par extension les microbrasseries, deviennent individuellement des pôles de rassemblement social, de redynamisation économique et d’affirmation identitaire», remarque par ailleurs Iannick Francoeur dans son mémoire de maîtrise à l’Université Laval (Québec).