Pêche et Océans Canada annonce que plus de 63 tonnes d’engins de pêche perdus ou rejetés ont été retirées des eaux côtières du pays en 2020, soit l’équivalent du poids de onze éléphants.

Les «engins fantômes» représentent l’une des principales causes de pollution marine.

En réponse à ce problème, le gouvernement fédéral a investi 8,3 millions $ en 2020 afin de soutenir 26 projets différents visant à récupérer les engins fantômes dans les eaux du Canada atlantique. Des projets seront lancés en 2021 sur la côte du Pacifique.

Environ 86% des engins récupérés étaient des casiers et des cages pour pêcher le homard et le crabe. Le reste correspondait à une combinaison de filets et de palangres (un engin de pêche dormant composé d’une ligne mère sur laquelle sont fixés des avançons) provenant de diverses pêcheries.

Un peu plus de 3200 mètres de corde ont été retirés.

Près de 80% des engins ont été récupérés dans la baie de Fundy et des eaux au large de la Nouvelle-Écosse, 14% ont été trouvés dans le golfe du Saint-Laurent et le reste a été récupéré dans les eaux de Terre-Neuve-et-Labrador.

La récupération des engins de pêche reprendra en 2021 dans la région de l’Atlantique, y compris dans le golfe du Saint-Laurent, au printemps, avant l’ouverture et après la fin des saisons de pêche.

Le programme de récupération des engins de pêche fantôme vise également à remettre les engins fantômes à leur propriétaire, un processus rendu possible grâce aux exigences accrues en matière d’étiquetage des engins.

Plus de 100 engins marqués ont été réclamés par les pêcheurs dans le cadre du programme alors qu’un autre 25 ont été abandonnés, ce qui a permis au ministère de les éliminer en toute sécurité.

À travers la planète, les activités de pêche commerciale représentent l’une des principales sources de pollution par le plastique dans les océans. Chaque année, plus de huit millions de tonnes de plastique se retrouvent dans les océans du monde.

Des études récentes indiquent que les engins de pêche fantôme peuvent représenter 46 à 70% de tous les macro-plastiques présents dans les océans en termes de poids.

Les engins de pêche ont également été montrés du doigt à la suite du décès de plusieurs baleines noires dans les eaux du golfe du Saint-Laurent et de la côte est de l’Amérique du Nord. Ces engins nuisent également à la reproduction de cet animal.

Des nécropsies ont permis de déterminer que certaines baleines noires, une espèce en voie d’extinction dont il ne reste que quelques centaines de spécimens, s’étaient enchevêtrées dans des filets de pêche.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle