Les panaches amoureux d’une coiffeuse de Saint-Quentin

À la suite d’une rupture amoureuse particulièrement douloureuse, une jeune coiffeuse de Saint-Quentin se lance dans la quête de son «buck» idéal. La chasse fut bonne, mais les résultats n’ont pas toujours été des plus édifiants.

Cette coiffeuse, c’est Cindy Chouinard. Elle lancera la semaine prochaine son premier livre, Cindy et ses panaches. Il s’agit d’une tranche de vie racontée avec humour dans laquelle on retrouve le résultat de quelques-unes de ses parties de chasse et où l’auteure s’amuse à décortiquer les panaches qu’elle a collectionnés pendant cette période trouble de sa vie amoureuse.

En fait, l’action se déroule précisément durant l’année suivant cette rupture qui est survenue après une relation de quatre années. Cinquante-deux semaines où l’auteure a enchaîné les liaisons et les rencontres aussi nombreuses que bizarres et cocasses.

Coiffeuse de métier, elle a longtemps diverti ses clientes avec ses récits. Cette fois, elle en a mis une partie sur papier.

«J’ai tourné en rond en cherchant mon panache parfait, une année entière avant de comprendre qu’en fin de compte, tous ces hommes n’étaient ni la solution ni le problème. J’avais surtout du travail à faire sur moi-même», exprime l’auteure avec du recul.

«Je ne le savais pas à ce moment-là, mais j’avais un problème de dépendance affective et, visiblement, j’essayais de le combler en rencontrant d’autres personnes. Ça m’a pris cette parenthèse dans ma vie pour m’en rendre compte», raconte-t-elle.

Originaire du Restigouche-Ouest, où la chasse à l’orignal est pratiquement une religion, la référence à ce loisir allait de soi pour illustrer son propos. Croqueuse d’hommes? Non, Cindy est loin de se percevoir ainsi, et non plus comme une collectionneuse qui se vante et exhibe ses prises. Elle qualifie plutôt cette année de long roman-savon parsemé de petits plaisirs… et de plusieurs déceptions.

Saint-Quentin étant une ville isolée dans le Restigouche, certains «panaches» pourraient bien avoir l’impression de se reconnaître dans ce livre de 231 pages. L’auteure se fait d’ailleurs un point d’honneur de souligner qu’elle a écrit ses histoires sans aucune malice et qu’elle n’a pas accumulé les aventures simplement pour ajouter quelques trophées à son mur de chasse.

«Peut-être que certains se reconnaîtront, mais l’objectif est loin de me moquer d’eux ou de les dénigrer. Au contraire, dans bien des cas, c’est moi qui ai surtout l’air folle dans l’histoire. Et d’ailleurs, j’ai vraiment cru pendant un moment que presque chacun de ces panaches pouvait être l’homme de ma vie», souligne-t-elle.

Avec ce livre, Cindy a bien entendu l’intention de faire sourire ses lecteurs avec ses rencontres qui frôlent la catastrophe. Cela dit, son histoire se veut également l’explication d’un cheminement personnel.

«L’objectif que j’avais en écrivant ce livre c’est d’être drôle et de divertir. Mais c’est surtout pour donner un peu d’espoir aux filles qui, comme ça m’est arrivé, cherchent l’amour et ont l’impression de tourner en rond. Ce livre est la preuve qu’elles ne sont pas seules et qu’il ne faut surtout pas désespérer», souligne Mme Chouinard, précisant au passage que son «année de chasse» intensive s’est quand même déroulée il y a plus de quatre ans.

Car aujourd’hui, la chasse est terminée. Cindy est en couple et a l’impression d’avoir trouvé son panache idéal. En fait non, elle refuse d’utiliser ce sobriquet pour cette dernière prise.

Publié aux éditions Escapade répit bonheur, le lancement du livre se fera le 19 janvier via Zoom en raison des restrictions sanitaires.