Conflit du homard en Nouvelle-Écosse: 23 personnes accusées

La Gendarmerie royale du Canada annonce le dépôt d’accusations criminelles contre 23 personnes en lien avec des gestes de vandalisme perpétrés par un grand groupe de personnes dans un vivier à homards à Pubnico-Ouest-le-Centre, en Nouvelle-Écosse, le 13 octobre.

Quinze de ces personnes, âgées de 22 à 55 ans, qui résident à Shelburne et à Yarmouth pour la plupart, sont accusées d’entrée par effraction. Huit autres, qui sont âgées entre 27 et 65 ans, sont accusées de méfait et d’entrée par effraction.

Tous ces suspects ont été identifiés par la police fédérale.

Au soir des agitations, des plaintes ont été faites pour des dommages causés à des installations pour le homard et à un véhicule. Des gens se seraient aussi emparés de prises de pêcheurs.

Les pêcheurs autochtones pratiquent une pêche en dehors de la saison de réglementation fédérale sur la base d’une décision de la Cour suprême du Canada de 1999 qui a statué que les groupes autochtones de la côte Est ont le droit à une pêche de subsistance modérée, bien qu’une deuxième décision a déclaré que cela était sujet à la réglementation fédérale.

Après l’ouverture de la pêche micmaque en septembre, il y a eu des tensions sur et hors de l’eau.

Des policiers de la GRC avaient alors été envoyés en renfort pour tenter d’apaiser les tensions. Allister Surette a ensuite été nommé par le gouvernement fédéral pour servir de médiateur dans le conflit.

Cette semaine, la GRC invite les gens qui auraient des renseignements à propos de ces incidents de l’automne dernier à communiquer avec elle.