Des associations s’opposent aux augmentation des prix d’Irving Oil

Le Front commun pour la justice sociale du Nouveau-Brunswick et Leap4wards se révoltent contre une possible augmentation des prix de gros d’Irving Oil. Ils pensent que les conséquences seraient catastrophiques pour les Néo-Brunswickois pauvres.

Ces deux associations s’inquiètent surtout de l’éventuelle augmentation des prix de gros du mazout utilisé pour le chauffage domestique.

Irving Oil a demandé à la Commission de l’énergie et des services publics du Nouveau-Brunswick (CESPNB) d’augmenter la marge maximale de vente de ce carburant de 5,5 cents/litre à 9,63 cents/litre (soit une hausse de 43%).

Avant que l’ordonnance finale soit rendue, la compagnie pétrolière demande en urgence une augmentation provisoire de 3,5 cents/litre.

Le prix de gros est celui que paye le détaillant au fournisseur, avant de vendre le produit au consommateur final (la personne qui veut chauffer sa maison, en l’occurrence).

Les augmentations demandées se répercuteront en intégralité sur le porte-monnaie des résidents concernés, selon le professeur au département de science économique de l’Université d’Ottawa, Jean-Thomas Bernard.

«Le chauffage domestique est une nécessité au Nouveau-Brunswick, surtout en hiver, rappelle le Front commun pour la justice sociale dans un communiqué. Cette hausse extrême des prix aurait des conséquences désastreuses pour les travailleurs à faible revenu […] et les personnes vivant de l’aide sociale.»

Le regroupement pointe de plus les répercussions économiques de la COVID-19 et la faible contribution du gouvernement Higgs pour les limiter. Il demande donc à la province de refuser la requête d’Irving Oil et d’investir dans la promotion des solutions de chauffage domestique durables et abordables, notamment.

Selon les données les plus récentes de Statistique Canada, 14 % des ménages néo-brunswickois utilisaient le mazout pour leur système de chauffage principal en 2013.

«Des propriétaires vivent sous le niveau de pauvreté et luttent pour rester dans de modestes maisons, souvent vieilles de 50, 60 ou 70 ans, soutient le chapitre de Saint-Jean de l’association Leap4wards. Ce sont pour la plupart des seniors et de jeunes familles à faibles revenus. Ils ne sont pas capables de faire la transition du mazout domestique à l’électricité pour de nombreuses raisons. […] Ça vient avec des prix très élevés.»

Le ministre des Ressources naturelles et du Développement de l’énergie, Mike Holland a au contraire exhorté la CESPNB à prendre en considération la continuité de l’approvisionnement dans une lettre.

Le président d’Irving Oil, Darren Gillis a en effet suggéré qu’il pourrait décider de ne plus fournir ses produits à la province si elle refusait d’accepter ses demandes, dans son document de preuves.

«[La famille Irving] menace les citoyens et le gouvernement de couper une ressource essentielle si leurs demandes d’extraire plus de profits ne sont pas satisfaites, et ce n’est rien d’autre qu’une tentative d’extorsion», condamne le Front commun pour la justice sociale.

La CESPNB tiendra une conférence préalable à l’audience pour la requête d’Irving Oil le 25 janvier à 9h30.