Une immigrante française veut convaincre ses compatriotes de l’imiter

Une immigrante française venue s’installer au Nouveau-Brunswick tente de convaincre ses compatriotes de l’imiter à l’aide d’un blogue touristique où elle met en valeur son expérience et les différents attraits de la province.

C’est bien connu, toutes les expériences d’immigrations dans la province ne sont pas couronnées de succès, et ce, pour différentes raisons.

Mais celle de Flora, une immigrante originaire de Villefranche non loin de Lyon, est positive. En fait, elle est telle que la jeune mère de famille a décidé de partager son aventure néo-brunswickoise sur le web (revelationnb.com).

Flora et son mari étaient tous deux gendarmes en France. Après plusieurs années de services, et l’arrivée d’une petite fille, ceux-ci ont décidé qu’un changement d’air s’imposait. Et ce nouveau départ, ils ont décidé de le faire au Nouveau-Brunswick, plus précisément à Fredericton.

Le choix de leur destination ne s’est pas fait au hasard dans l’échiquier de la francophonie mondiale. Le couple avait visité la province par le passé, Flora ayant une sœur demeurant dans la région de la capitale depuis une quinzaine d’années.

«Mon mari est tombé amoureux de la ville, tout comme moi. Comme la famille c’est très important à mes yeux et que je souhaitais être près de ma sœur, le Nouveau-Brunswick s’est du coup imposé comme une destination attrayante», raconte-t-elle.

Le couple a immigré au Nouveau-Brunswick en août 2019. Toutefois, le projet d’implantation remonte à 2016, preuve qu’il faut tout de même être patient.

«On s’est vraiment bien préparé, et cette préparation nous a beaucoup aidés dès notre arrivée ici. Les choses ont immédiatement bien tourné pour nous, tellement en fait qu’on s’est dit qu’il faudrait partager notre expérience afin non seulement de montrer le processus aux futurs immigrants, mais aussi d’inciter nos compatriotes à tenter l’expérience. Parce que pour nous jusqu’ici, c’est très positif et on est tellement reconnaissant d’être ici», explique Flora.

Son mari travaille aujourd’hui pour le District scolaire francophone Sud, elle pour le ministère du Tourisme du Nouveau-Brunswick. Son initiative de «vendre sa province d’adoption» est toutefois bien personnelle et n’a rien à avoir avec sa nouvelle vocation. Et il faut dire que Flora en connaît un chapitre sur l’immigration et son importance.

«Mes parents sont arrivés en France en provenance du Laos où la guerre faisait rage. Ma mère m’a toujours dit qu’il fallait être reconnaissant envers cette terre d’accueil, qu’il fallait adopter son mode vie tout en maintenant par contre notre culture. C’est exactement mon sentiment envers le Nouveau-Brunswick», raconte-t-elle.

Certes, avoir une expérience positive dans l’ensemble ne signifie pas que tout fonctionne comme sur des roulettes en tout temps. Il y a eu des défis, de petites embûches, et certes une certaine adaptation, surtout du côté de la langue puisque l’anglais est dominant dans la capitale provinciale. Mais somme toute, les aspects positifs de ce changement ont surpassé les côtés plus décevants. De là l’idée d’étaler ce coup de foudre avec le Nouveau-Brunswick au grand jour, sur la scène internationale et, qui sait, amener ses compatriotes francophones à visiter la province, et même à la considérer comme un lieu d’immigration potentiel.

«Le but d’exposer notre histoire, c’est vraiment d’intéresser de futurs immigrants au Nouveau-Brunswick, de les inciter à venir s’établir ici comme nous l’avons fait, car on sait qu’il y a vraiment des besoins dans la province, et c’est encore plus vrai du côté de l’immigration francophone. Si notre initiative peut aider, alors tant mieux, c’est justement ce que l’on souhaite», souligne-t-elle.

Amoureux des voyages, le couple s’est mis en tête de visiter la province en famille et de documenter ses voyages dans une portion tourisme ajoutée au site. Moncton, Fredericton, Saint-Jean… mais aussi la Péninsule acadienne et le Madawaska. L’objectif est de faire le tour du N.-B.

«La province est tellement belle et il y a tellement de choses à y faire. Il n’y a pas de meilleur moyen d’inciter les gens à venir que de leur montrer à quoi ça ressemble», exprime Flora.

Elle a lancé son site l’été dernier et s’est donné comme défi de le bonifier et d’en faire un site vivant, qui évolue au rythme de son expérience et de ses escapades familiales. Pour 2021 par exemple, son objectif est de publier au moins une aventure par semaine.

«Ça peut être le récit d’un voyage, mais aussi des choses plus banales comme des expériences de vie ou des découvertes. On ne sait pas trop ce qui nous attend avec la COVID-19, si on sera en mesure de voyager dans la province à notre guise au cours des prochains mois, alors on y va un jour à la fois», mentionne Flora.