COVID-19: 31 nouveaux cas, un décès et tout le sud en rouge

La majorité de la population néo-brunswickoise passe au rouge alors que les autorités songent sérieusement à instaurer un confinement encore plus rigoureux.

La hausse dramatique des nouveaux cas de COVID-19 depuis le début de l’année oblige le gouvernement à décréter un retour à la phase rouge du confinement dans trois nouvelles zones.

Les régions de Moncton, Fredericton et Saint-Jean rejoignent ainsi le Madawaska en phase rouge.

Les salons de coiffure, les centres d’activité physique et les salles à manger des restaurants et cafés de ces régions doivent notamment fermer leurs portes.

«Il n’y a aucun doute que ces restrictions causeront des inquiétudes et des difficultés à bon nombre de citoyens», a admis la médecin-hygiéniste en chef de la province, Dre Jennifer Russell, lors d’un point de presse, mardi.

«Ces mesures sont toutefois absolument nécessaires si nous voulons éviter une avalanche de cas comme ceux que vivent les gens de l’autre côté de nos frontières.»

Les écoles demeurent ouvertes durant la phase rouge, mais un seul cas confirmé de COVID-19 suffira pour faire fermer un établissement pour au moins trois jours afin de procéder à la recherche des contacts.

La Santé publique a recensé 31 nouveaux cas mardi, dont 21 dans la zone d’Edmundston. Un treizième décès depuis le début de la pandémie a aussi été annoncé. Il s’agit d’une personne âgée entre 80 ans et 89 ans qui vivait dans la résidence de soins de longue durée Parkland à Saint-Jean.

Le Nouveau-Brunswick a franchi mardi le cap du millier de cas confirmés depuis le mois de mars et compte désormais 316 cas actifs. Une personne est hospitalisée en raison de la COVID-19, mais elle ne se trouve pas aux soins intensifs.

Le ton de Dre Russell était plus sombre qu’à n’importe quel autre moment depuis le début de la pandémie alors qu’elle décrivait l’état de la situation depuis le début de l’année.

«La croissance rapide du nombre de cas dans le sud et l’ouest de la province ce mois-ci est extrêmement inquiétante», a-t-elle dit en insistant sur la menace pour le système de santé néo-brunswickois.

Même si l’ensemble de la province est passé à la phase orange du confinement le 5 janvier, le virus continue de se propager d’une façon qui se rapproche dangereusement de la transmission communautaire, a-t-elle indiqué.

«D’autres éclosions ont pris souche dans des lieux de travail où les employés travaillent près l’un de l’autre sans porter de masque. Ce genre de situation est à l’origine d’un grand nombre d’infections signalées depuis la fin du temps des Fêtes.»

Le premier ministre Blaine Higgs a prévenu durant le point de presse que le gouvernement risque d’imposer un confinement encore plus sévère si la situation ne s’améliore pas rapidement.

«Si le nombre de cas continue à augmenter, nous devrons peut-être introduire des mesures supplémentaires au-delà de la phase rouge pour reprendre le contrôle. Cela impliquerait de revenir à un confinement total comme nous l’avons fait en mars», a-t-il dit.

Ce confinement pourrait notamment comprendre la fermeture des lieux de travail et des écoles ainsi que celle des garderies, sauf pour les enfants des travailleurs essentiels.

«Nous n’avons jamais été dans une telle situation depuis le début de la pandémie. Nous n’avons jamais eu autant de cas», a constaté M. Higgs en implorant la population à rester chez elle le plus possible.

Il a confié que les contrôles aux frontières de la province seront resserrés une fois de plus pour s’assurer que ceux qui ont encore le droit de les franchir le font pour des raisons absolument essentielles.

Quiconque éprouve un ou des symptômes associés à la COVID-19 devrait visiter le site web de la Santé publique (gnb.ca/coronavirus) ou contacter la ligne Télé-Soins 811 pour prendre rendez-vous dans une clinique de dépistage.