Un virus qui tombe mal chez Nadeau Ferme Avicole

La ferme avicole Nadeau, dans le Nord-Ouest de la province, a entrepris une deuxième ronde de dépistage massif mardi après avoir recensé une vingtaine de cas actifs de la COVID-19 depuis la semaine dernière.

L’abattoir Nadeau Ferme Avicole, à Saint-François de Madawaska, a dû fermer temporairement ses portes lundi en raison d’une éclosion du virus.

Dépendamment des résultats obtenus mardi, l’usine pourrait recommencer ses opérations au plus tôt vendredi.

Yves Landry, le directeur, a dit collaborer de près avec la Santé publique afin d’assurer la sécurité de ses employés et le traçage de contacts étroits.

Ils sont 195 à travailler à la Ferme Nadeau et une trentaine à provenir de l’extérieur du Nouveau-Brunswick, dont au Québec et au Maine.

D’un point de vue logistique, M. Landry ne cache toutefois pas que l’interruption de production est bien embêtante.

«Des poulets doivent sortir des granges tous les jours du lundi au vendredi, mais maintenant on doit en placer dans d’autres usines pour ne pas qu’ils ne deviennent trop gros.»

Ces autres usines se situent dans le village de Clair au Madawaska, mais aussi en Nouvelle-Écosse, au Québec et en Ontario.

L’abattoir Nadeau a réussi à y placer la moitié de sa production mensuelle jusqu’à présent, c’est-à-dire environ 225 000 volailles.
«Ce qu’on aimerait faire, si on peut reprendre nos opérations vendredi, c’est de demander à nos employés de faire des heures supplémentaires samedi afin de faire l’abattage.»

Entretemps, le directeur indique que les autres usines se montrent très coopératives.

Il s’inquiète tout de même de ne pas pouvoir servir des poulets en morceaux à ses clients comme d’habitude.

«On va devoir vendre des poulets entiers, ce qui rend difficile de satisfaire nos clients.» C’est toujours mieux que rien, a-t-il cependant repris.

La direction de l’abattoir Nadeau a été étonnée par l’éclosion du virus au sein de son entreprise.

M. Landry a souligné que la température des travailleurs était prise chaque jour, un dépistage actif était effectué tous les matins et le port du masque et de la visière était obligatoire depuis le mois de novembre.

«C’est déplorable que ça arrive. On a vraiment été surpris que malgré tous nos efforts, le virus soit quand même parvenu à entrer. Maintenant il faut travailler à réduire les cas et ramener ça à la normale.»

Une troisième ronde de dépistage n’est pas prévue, mais pourrait avoir lieu s’il est nécessaire.

La Ferme avicole Nadeau appartient au groupe Maple Lodge et se situe à une quarantaine de kilomètres d’Edmundston.

Il s’agit d’un employeur important dans le Haut-Madawaska.