COVID-19: le Nord-Ouest en «confinement total»

Le nord-ouest de la province, la zone 4, passera à la phase de confinement complet pendant au moins deux semaines à compter de minuit, samedi soir, a annoncé la médecin-hygiéniste en chef de la province, Dre Jennifer Russell.

La décision sera réévaluée tous les sept jours. D’ici là, toutes les écoles et les établissements postsecondaires seront fermés et les cours se donneront à distance.

Les commerces devront fermer leurs portes, sauf les épiceries, les pharmacies et les quincailleries, mais uniquement pour vendre des produits jugés essentiels. Il ne sera par exemple pas possible d’acheter un ticket de loterie autrement qu’en ligne.

Les institutions financières et les cliniques vétérinaires peuvent demeurer ouvertes, tout comme les bureaux de Poste Canada, Alcool NB et Cannabis NB.

Aucun déplacement non essentiel n’est permis à l’extérieur et à l’intérieur même des zones. Il sera possible de circuler uniquement pour le travail, les études, les ententes de garde partagée et les rendez-vous médicaux.

«Il faut rester à la maison, dans sa bulle familiale», a insisté Mme Russell.

Il reste possible de s’occuper d’enfants d’une autre bulle d’un ménage afin de fournir des services de garde informels ou un soutien à l’éducation en ligne. Il doit s’agir de la même bulle d’un ménage pendant toute la période du confinement.

Près de 50 000 Néo-Brunswickois seront touchés par ces mesures «sévères, mais nécessaires», selon Mme Russell.

Le 6 janvier, il n’y avait que sept cas actifs dans la zone 4. Il y en a maintenant 129, y compris dans des écoles, plusieurs lieux de travail et établissements de soins de longue durée.

«Nous ne pouvons pas laisser cela continuer», souligne la médecin-hygiéniste en chef.

Une liste complète des mesures imposées dans la zone 4 peut être consultée sur le site du gouvernement provincial.

Les bureaux de Service NB fermeront leurs portes, l’accès aux pistes de motoneiges sera interdit. Les bibliothèques seront ouvertes uniquement pour l’accès aux services internet. Les funérailles doivent se limiter à la bulle d’un seul ménage.

Les professionnels de la santé réglementés peuvent continuer les consultations, mais sont invités à rencontrer les patients de façon virtuelle si possible.

Les garderies sont autorisées à poursuivre leurs activités. Un programme de complément salarial de 3$ l’heure sera offert aux éducateurs de la petite enfance qui continueront à travailler pendant le confinement.

Notons également que les expulsions de locataires seront interdites jusqu’à 10 jours après la fin du confinement.

La Santé publique a annoncé 30 nouveaux cas de COVID-19 vendredi, y compris 19 dans la zone 4 et un premier depuis belle lurette dans la zone 7, soit la région de Miramichi. Il y a 331 cas actifs dans la province. Cinq personnes sont hospitalisées, dont trois aux soins intensifs.

Un nouveau centre de dépistage a été ouvert à Clair jeudi, au sein de la Clinique médicale du Haut-Madawaska, non loin de la ferme avicole Nadeau où 28 employés ont contracté la COVID-19 jusqu’à présent. De son côté, le réseau de santé Horizon a mis sur pied trois nouvelles cliniques de dépistage à Sussex, à Sackville et à Perth-Andover.

La ministre Shephard a indiqué que les zones 2 (Saint-Jean), 5 (Campbellton), 6 (Bathurst) et 7 (Miramichi) se «dirigent dans la bonne direction» et que leur statut sera réexaminé quotidiennement. Une rencontre est prévue dimanche ou lundi à ce sujet.

Restrictions de voyage

Les déplacements à destination du Nouveau-Brunswick seront restreints davantage. Ces restrictions entreront également en vigueur le samedi à 23h59. Toute personne entrant dans la province devra s’auto-isoler pendant 14 jours. Des exceptions s’appliqueront aux personnes qui font des allers-retours quotidiennement pour le travail; aux camionneurs; et aux personnes qui doivent se déplacer pour obtenir des soins médicaux, des services de garderie et pour la garde d’enfants. Cependant, ces voyageurs devront encore subir un test de dépistage chaque semaine, et l’accès au dépistage sera amélioré pour faciliter la tâche à ce niveau.

Les personnes qui demeurent dans les communautés de Pointe-à-la-Croix et de la Première Nation de Listuguj, au Québec, pourront encore traverser la frontière pour se rendre à un rendez-vous médical et pour des raisons liées à la garde d’enfants. Elles pourront également traverser une fois par semaine pour se procurer des produits de première nécessité, mais elles devront se soumettre à un test de dépistage obligatoire chaque semaine.