COVID-19: revirement de situation en Gaspésie

Après un automne plutôt mouvementé où les cas de COVID-19 se sont rapidement additionnés, la région administrative de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine affiche aujourd’hui un bilan pour le moins encourageant.

Pour la quatrième journée consécutive jeudi, aucun nouveau cas n’a été rapporté sur ce vaste territoire. On n’y dénombre plus seulement que 16 cas actifs et quatre hospitalisations. Il y a deux semaines à peine, le 6 janvier, il y en avait 89. Au plus fort de l’éclosion à l’automne, ce chiffre a grimpé jusqu’à 265.

Au cours des dernières semaines, tout le Québec a dû encaisser le choc du retour en phase rouge et de l’imposition d’un couvre-feu. Une mesure exceptionnelle pour lutter en réponse à une situation exceptionnelle,le nombre de cas ayant grimpé en flèche depuis la nouvelle année.

Et la population gaspésienne, malgré des données beaucoup plus positives, n’y fait pas exception.

«Elle a trouvé cela difficile, mais elle comprend en même temps qu’il y avait nécessité d’agir», estime le Dr Yv Bonnier-Viger, directeur régional de la Santé publique de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

En dépit de ce choc initial, les citoyens de la région auraient démontré selon ce dernier un grand respect envers les consignes sanitaires et des règles étiquetées par le gouvernement du Québec.

«Ils ont fait d’énormes efforts afin d’éviter les rassemblements, ils ont porté le masque, appliqué la distanciation. Grâce à ces efforts, il y a donc eu très peu de transmissions communautaires, et cette attitude explique en partie là où nous en sommes», ajoute le docteur.

Celui-ci émet toutefois une mise en garde face à l’éclosion d’un faux sentiment de sécurité chez le citoyen en dépit des récents succès sur papier. Malgré ces bonnes nouvelles, il ne faut surtout pas croire que la bataille est gagnée.

«Les bons résultats que nous constatons actuellement ne signifient aucunement que le virus n’est plus présent sur le territoire. C’est une un portrait qui est bon pour aujourd’hui, mais il pourrait être complètement différent dans une semaine. Si on relâche notre vigilance, ça pourrait très rapidement basculer dans l’autre direction», prévient-il.

La campagne de vaccination va par ailleurs bien dans cette région. On prévoit y terminer la vaccination à l’intérieur de tous les Centres d’hébergement de soins à longue durée d’ici la fin de la semaine. Il s’agira de la première région au Québec – avec la Côte-Nord – à réussir cet exploit.

Avec ces statistiques, la zone de la Gaspésie pourrait aisément se retrouver en phase orange de rétablissement, sinon même en jaune. Mais celle-ci, comme le reste du Québec, demeure pour le moment dans la phase rouge.

Jusqu’à présent depuis le début de la pandémie, 1693 cas de la COVID-19 ont été rapportés en Gaspésie et 46 personnes sont décédées.

Des mesures qui rapportent

Comme partout en province, Pointe-à-la-Croix  vit au rythme de la phase rouge depuis la mi-décembre. Le nombre de cas n’a jamais été exponentiel dans cette municipalité voisine de Campbellton. Reste qu’aujourd’hui, elle est à deux doigts de renouer avec l’absence de cas. Le maire de l’endroit, Pascal Bujold, confirme les dires du Dr Bonnier-Viger comme quoi bien qu’impopulaires, les mesures ont donné des résultats et que ses citoyens s’y sont conformés.

«La phase rouge a eu pour effet de dissuader les rassemblements familiaux. Du coup, beaucoup de personnes qui demeurent dans des régions chaudes de la province – comme Québec et Montréal par exemple – et qui seraient venus ici en temps normal visiter leur famille pour la période des Fêtes sont demeurées dans leur zone. La mesure a donc aidé à ne pas importer davantage la maladie ici», croit le maire.

Pour ce qui est du couvre-feu, il semble plus hésitant à encenser la mesure, quoiqu’il la respecte et invite ses citoyens à faire de même.

«Force est d’admettre que ça semble diminuer les chances de rassemblements, donc de contamination. C’est un mauvais bout à passer, mais on doit être solidaire du reste de la province afin de ne pas mettre de pressions inutiles sur notre réseau de santé, ni non plus sur celui du Restigouche qui est généralement notre premier arrêt», souligne-t-il.

Il admet toutefois que ces mesures – aussi efficaces soient-elles pour contenir la propagation du virus – font mal. Beaucoup de commerces sont fermés, d’autres tournent au ralenti.

«Ce n’est pas plaisant de voir ça. On serait censé être en pleine période touristique hivernale avec la motoneige, avoir des gens dans nos hôtels, nos restaurants. Là, il n’y a tout simplement personne. On a hâte de retrouver un semblant de normalité, ne serait-ce que pour redonner un peu de vigueur à notre économie régionale», dit-il

Le conseil des maires de la MRC d’Avignon a par ailleurs convenu de ne pas mettre de la pression sur le gouvernement afin qu’il accélère la remise de la Gaspésie en phase orange malgré son bilan positif à la lutte à la COVID-19.

«On va faire comme les autres régions et tenir jusqu’au 8 février. On verra ensuite s’il y a lieu d’exiger plus de souplesse», dit le maire Bujold, espérant qu’il ne sera pas trop tard pour sauver la saison touristique.