Manif contre le confinement: au moins trois arrestations à Moncton

Au moins trois personnes ont été arrêtées par la GRC lors d’une autre manifestation contre le confinement et le port du masque devant l’hôtel de ville de Moncton, dimanche après-midi.

Des policiers ont aussi donné des contraventions à quelques-uns des manifestants qui, pour la plupart, ne portaient pas de masque et ne respectaient pas la distanciation sociale.

Certains d’entre eux brandissaient des affiches avec des messages s’opposant au gouvernement et aux médias, d’autres assurant que le virus n’est qu’un canular ou invoquant la volonté de Dieu.

Pendant que la dizaine de policiers sur les lieux tentaient d’arrêter des manifestants, d’autres leur criaient des insultes.

Une ambulance était stationnée de l’autre côté de la rue, au cas où.

L’un des participants semble avoir tenté de s’enfuir, et quatre ou cinq membres de la GRC l’ont rattrapé et l’ont mis au sol pour le maîtriser.

Peu de temps après, des organisateurs ont exhorté la petite foule d’une vingtaine de personnes à marcher le long de la rue Main en scandant des slogans.

Jeff Johnston, sergent d’état-major de la GRC du Nouveau-Brunswick, a confirmé à l’Acadie Nouvelle qu’il y a eu des arrestations et que des contraventions ont été distribuées, en lien avec la Loi sur les mesures d’urgence.

Il n’a toutefois pas précisé combien de personnes ont été arrêtées ni combien ont reçu des amendes.

Ces manifestations prennent place au même endroit, chaque dimanche après-midi, depuis plusieurs mois. La police avait cependant préféré ne pas intervenir jusqu’à maintenant, et prônait l’éducation des participants à la manif plutôt que de distribuer des amendes.

Lundi dernier, le surintendant Tom Critchlow de la GRC de Codiac a assuré au conseil municipal de Moncton que le passage de la zone 1 (Moncton) en phase rouge du rétablissement allait changer la donne.

«Ce groupe veut évidemment une sorte de confrontation. Il existe des méthodes pour y faire face. (…) En raison de l’état actuel dans lequel la province évolue, nous prendrons des mesures.»