Foyer de soins: de la nourriture avariée servie à des patients?

Alors que le Comité des 12 pour la justice sociale soulève des préoccupations quant à la qualité de la nourriture offerte dans certains foyers de soins spéciaux, le porte-parole d’une association qui représente ces établissements tient à se faire rassurant.

Dans une lettre envoyée à l’Acadie Nouvelle, le porte-parole du Comité des 12, Claude Snow, souhaite dénoncer une situation qui a été portée à sa connaissance. Le propriétaire d’un foyer de soins spéciaux aurait servi à ses résidents de la nourriture de mauvaise qualité, «souvent défraîchie» et même «légèrement avariée» dans le but de couper dans le budget réservé à l’alimentation.

«Une telle situation est lamentable. Il y a toujours eu des cas d’abus auparavant, mais ils se sont apparemment amplifiés avec l’interdiction des familles de visiter leurs proches», écrit le militant et travailleur social.

Ni le nom du foyer en question ni du propriétaire ne sont précisés. Les foyers de soins spéciaux sont ceux où sont offerts des services aux aînés qui nécessitent des soins de niveau faible à modéré sur une base régulière.

Kevin Vienneau, président de l’Association francophone des établissements de soins spéciaux du Nouveau-Brunswick, juge de son côté que les propos de M. Snow reflètent mal la réalité sur le terrain.

«Lorsqu’une personne est admise dans un établissement, le résident a toujours le choix de choisir l’endroit où veut aller vivre. Chacun des établissements se fait assigner des travailleurs sociaux, donc le résident y a accès et il peut les consulter si nécessaire», dit-il.

«Je vous assure que les opérateurs ainsi que les employés travaillent très fort pour assurer le bien-être de nos résidents.»

Par ailleurs, les établissements sont assujettis à des visites périodiques par des inspecteurs en santé publique afin d’assurer le respect des normes mises en place par la Direction de la protection de la santé à l’égard des établissements résidentiels pour adultes et enfants au Nouveau-Brunswick, rappelle Kevin Vienneau.

«Les menus dans les foyers de soins spéciaux sont toujours affichés, les résidents ainsi que leurs familles y ont accès et les menus doivent être approuvés par le ministère du Développement social.»

Le ministère du Développement social rappelle aux gens que tout soupçon d’abus ou de négligence doit être signalé.

«Le ministère du Développement social prend ces rapports très au sérieux et veille à ce qu’un suivi et une enquête appropriés soient effectués sur tous les rapports portés à son attention», indique le ministre Bruce Fitch.

Les établissements résidentiels pour adultes de la province n’ont pas été laissés sans surveillance de la part du gouvernement, ajoute le ministre Fitch.

«Les inspecteurs ont travaillé avec les foyers, sur place et par téléphone. De plus, nos partenaires, y compris le personnel extra-muraux, Travail sécuritaire NB et la Sécurité publique, ont été présents dans les établissements pour s’assurer que des soins et des services adéquats étaient offerts aux résidents. Bien qu’elles aient été interrompues par le déclenchement de la pandémie en vertu de l’ordonnance d’urgence obligatoire, les inspections ont repris par la suite et elles se poursuivent, peu importe le niveau d’alerte de la COVID.»