En raison du rythme lent de sa campagne de vaccination et de la menace de variants plus contagieux du virus, le gouvernement du Nouveau-Brunswick révise sa stratégie de vaccination.

Au lieu de donner deux doses du vaccin à certains groupes vulnérables avant de passer à un autre groupe, le gouvernement tentera de donner une seule dose au plus grand nombre de gens possibles issus de groupes prioritaires, suivi d’une deuxième dose dès que possible.

La médecin hygiéniste en chef, Jennifer Russell, a toutefois précisé jeudi que les personnes les plus vulnérables parmi ces groupes recevront leur deuxième dose dans les 42 jours qui suivront.

Les moins vulnérables parmi ces groupes l’auront dans une période de moins de 90 jours.

Selon la Dre Russell, cela permettra un meilleur roulement de l’immunisation, et plus de personnes pourront ainsi être vaccinées plus rapidement.

Cette décision permettra au Nouveau-Brunswick de se maintenir à flot face à de possibles éclosions de variants de la COVID-19 à l’avenir, selon elle.

«Ce n’est pas une approche parfaite, mais une action est nécessaire», plaide-t-elle.

Greg MacCallum, directeur de l’organisation des mesures d’urgence, estime que le Nouveau-Brunswick recevra jusqu’à un demi-million de doses du virus d’ici juin, et qu’environ la moitié de la population devrait avoir reçu une première ou une deuxième dose d’ici le début juillet.

Un territoire inconnu

Jusqu’à maintenant, le gouvernement tentait de suivre la recommandation de Pfizer/BioNTech et de Moderna d’administrer une deuxième dose dans les 28 jours suivant la première.

Dre Russell affirme toutefois qu’une seule dose permet d’avoir une immunité au virus efficace à 90% à partir de 14 jours après la première dose.

Elle ajoute que certaines provinces canadiennes ont rallongé le délai entre les deux doses à 42 jours par nécessité, et que le Royaume-Uni attend jusqu’à 90 jours.

Le Comité consultatif national de l’immunisation précise qu’aucune donnée n’est disponible sur l’intervalle maximal entre les doses ni sur l’efficacité à long terme de ces vaccins contre la COVID-19.

Pour plusieurs autres vaccins qui sont administrés de la même façon, la première dose confère la plus grande partie de l’immunisation à court terme, alors que la deuxième sert à prolonger la protection à long terme, selon le CCNI.

On indique aussi qu’il n’est généralement pas nécessaire de recommencer une série de vaccins à zéro en cas de délai prolongé entre les doses, puisque la concentration finale d’anticorps demeure similaire pour la plupart des vaccins administrés en doses multiples.

Le Nouveau-Brunswick a administré 2539 doses au cours des sept derniers jours, pour un total de 21 182 doses jusqu’à maintenant. La province a administré des doses à un taux de 2,7 %. Aucun nouveau vaccin n’a été livré au Nouveau-Brunswick jeudi, pour un total de 26 825 doses livrées à ce jour. La province a reçu suffisamment de vaccins pour administrer une dose unique à 3,4 % de sa population. La province a donc utilisé 78,96 % de son approvisionnement en vaccins.

La zone 4 en phase orange

La zone 4 (Madawaska/Victoria) passera de la phase rouge de rétablissement à la phase orange dans la nuit de jeudi à vendredi.

La Santé publique a de plus annoncé quatre nouveaux cas, jeudi, tous dans la zone 4 (Madawaska/Victoria).

Il y a maintenant 111 cas actifs dans la province, en baisse de sept par rapport à mercredi et de 50 par rapport à une semaine.

Cinq personnes sont hospitalisées, dont une est aux soins intensifs.

Le nombre de cas actifs n’a pas été aussi peu élevé au N.-B. depuis le 6 janvier.

Cinq cas d’un variant de la COVID-19 issu du Royaume-Uni ont été détectés au Nouveau-Brunswick jusqu’à présent.

Les prochains sur la liste

Le gouvernement provincial a déjà annoncé son intention d’offrir le vaccin à tous les membres des premiers groupes prioritaires identifiés d’ici la fin mars. Il s’agit des travailleurs et les résidents des foyers de soins, les travailleurs de la santé de première ligne, les adultes des Premières nations et les personnes de plus de 85 ans.

Les prochains groupes prioritaires à être vaccinés ont aussi été annoncés jeudi.

Lors de la phase d’immunisation d’avril et mai, il s’agira des groupes suivants:

  • les résidents et le personnel d’autres milieux de vie en communauté;
  • les autres travailleurs de la santé offrant des soins directs aux patients, tels que les pharmaciens et les dentistes ;
  • les premiers répondants, tels que les pompiers et les policiers ;
  • les travailleurs de soutien à domicile pour les aînés ;
  • les personnes âgées de 70 ans et plus ;
  • les personnes souffrant de problèmes de santé complexe précis ;
  • les bénévoles des établissements de soins de longue durée et les personnes de soutien désignées ;
  • les personnes de 40 ans et plus avec au moins trois problèmes précis de santé chroniques;
  • et les camionneurs, les travailleurs en rotation et les travailleurs transfrontaliers qui effectuent la navette régulièrement.

La phase 3, qui débutera en juin, s’étendra aux groupes suivants:

  • les travailleurs de la santé offrant des soins indirects aux patients;
  • les personnes avec au moins deux problèmes précis de santé chroniques ;
  • le personnel scolaire les élèves et les étudiants âgés de 16 à 24 ans.

Au cours de la phase 4, qui devrait débuter en juillet, le vaccin sera largement accessible à l’ensemble des gens du Nouveau-Brunswick.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle