Encore une fois, les pêcheurs du Nouveau-Brunswick devront se conformer ce printemps à des règlements visant à protéger les baleines noires, une espèce en voie de disparition. Le gouvernement du Canada a annoncé de nouvelles mesures, jeudi.

Le ministère fédéral des Pêches poursuivra ses efforts cette année pour protéger dans les eaux canadiennes ces baleines noires en voie de disparition, mais il apporte aussi des changements afin de réduire les impacts sur les pêcheurs de crabe et de homard.

Le gouvernement a précisé qu’il procédera toujours à la fermeture des zones de pêche lorsque des baleines seront signalées dans ce secteur, mais il intensifiera auparavant la surveillance afin de déterminer si les baleines y restent.

Il ne reste qu’environ 366 baleines noires dans le monde et un peu moins de la moitié seraient des femelles en âge de procréer. Par contre, l’an dernier, aucun cas de mortalité ni aucun nouvel empêtrement de baleine noire de l’Atlantique Nord n’ont été signalés dans les eaux canadiennes.

Les mesures de 2021 ont pour objectif de répondre à deux préoccupations majeures: les collisions avec les navires et les empêtrements dans des engins de pêche.

Parmi les mesures annoncées figurent des changements au protocole de fermeture temporaire et saisonnière de zones de pêche dans le golfe du Saint-Laurent.

Comme l’an dernier, une zone d’environ 2000 km carrés sera fermée à la pêche aux engins fixes non surveillés, y compris la pêche au homard et au crabe, pendant 15 jours si une baleine noire est détectée visuellement ou acoustiquement dans les eaux du golfe.

Par contre, cette année, une baleine devra être à nouveau détectée dans la zone fermée entre les jours 9 et 15 de la fermeture avant qu’une fermeture jusqu’au 15 novembre 2021 ne soit annoncée. Cela constitue un changement par rapport à l’an dernier alors qu’une simple deuxième détection d’une baleine noire dans une région fermée signifiait la fermeture de cette zone jusqu’à l’automne.

Un protocole similaire sera en vigueur dans la baie de Fundy. Une fermeture supplémentaire de 15 jours sera appliquée si une baleine est détectée à nouveau entre les jours 9 et 15 d’une fermeture initiale.

Si aucune baleine n’est détectée dans une zone fermée, elle sera rouverte à la pêche après le jour 15.

«Ce changement maintiendra une protection de classe mondiale pour les baleines, tout en veillant à ce que les pêcheurs ne soient pas indûment empêchés d’accéder à des zones de pêche lucratives», peut-on lire dans un communiqué.

La nouvelle a été bien accueillie par Jean Lanteigne, directeur général de la Fédération régionale acadienne, qui représente les pêcheurs de crabe du nord-est du Nouveau-Brunswick. « Je pense que nos arguments ont été entendus par le ministère », a-t-il dit en entrevue jeudi.

Pour M. Lanteigne, il n’était pas logique de fermer une zone pendant toute la saison de la pêche, qui dure de huit à 10 semaines, si les baleines n’y passaient que brièvement. « Aujourd’hui, nous pouvons suivre le chemin des baleines de plus près. C’est notre quatrième année d’observation et nous comprenons mieux où elles veulent aller », soutient-il.

Un nouveau groupe de travail technique regroupant des pêcheurs, des spécialistes en baleines noires et des représentants de Pêches et Océans sera aussi mis sur pied. Ce groupe a pour mandat de tenir des discussions régulières en vue d’assurer des améliorations continues aux protocoles en place.

Les tests de nouveaux engins de pêche qui permettraient aux baleines de se libérer en cas d’enchevêtrement ont par contre été retardés par la pandémie de COVID-19, de sorte que l’exigence du nouvel engin est reportée à la fin de 2022. « Nous commençons tout juste à les tester », a déclaré M. Lanteigne.

Le gouvernement élargit également ses consultations et un groupe de travail technique composé de pêcheurs, de biologistes et de fonctionnaires du ministère se réunira tout au long de l’année. Une table ronde annuelle a déjà lieu chaque année en novembre.

Limites de vitesse

Le gouvernement fédéral a aussi annoncé la remise en œuvre d’une vitesse maximale de 10 noeuds dans une grande partie du golfe du Saint-Laurent à compter du 28 avril. Des amendes pouvant s’élever à 250 000$ peuvent être imposées à ceux qui ne la respectent pas. Quatre amendes ont été données par Transports Canada pour le non-respect de la limite de vitesse obligatoire en 2020.

Ottawa a aussi l’intention de poursuivre son programme de suivi et de surveillance des baleines noires, sur l’eau avec des navires et au moyen de surveillance aérienne et d’hydrophones sous-marins stationnaires et mobiles.

Une baleine morte retrouvée en Floride

Par ailleurs, le baleineau d’une baleine noire de l’Atlantique Nord nommée Infinity a été trouvé sans vie dimanche sur une plage de la Floride, dans le sud-est des États-Unis.

Les blessures affichées par le jeune mammifère correspondent à des marques causées par un impact avec un navire, mais l’enquête sur les causes exactes de sa mort se poursuit.

Mardi, Infinity a été aperçue; elle montrait elle aussi des blessures qui faisaient croire qu’elle avait été frappée par un bateau.

Infinity est bien connue des observateurs de baleines noires au Canada car en saison plus chaude, elle est aperçue chaque été dans les eaux du golfe du Saint-Laurent.

L’été dernier, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a a annoncé que cette espèce est passée de la catégorie «En danger» à la catégorie «En danger critique d’extinction» sur sa Liste rouge.

Transports Canada a adopté depuis quelques années une série de mesures visant à protéger l’espèce dont il ne reste qu’environ 400 individus sur la planète.

  • Avec des extraits de la Presse canadienne

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle