Préparation aux inondations: Fredericton fait mieux maintenant

La Ville de Fredericton a fait des progrès en matière de préparation aux inondations au cours des dernières années, mais il reste du travail à faire afin de mieux protéger la santé des citoyens et les infrastructures de la municipalité.

À l’approche du printemps et de la saison des inondations, le Centre Intact sur l’adaptation au climat de l’Université de Waterloo a publié un rapport d’une centaine de pages qui comporte un bulletin des efforts de 16 municipalités canadiennes en semblable matière.

La Ville de Fredericton a ainsi obtenu la note «B-», une amélioration notable par rapport à 2015 où la capitale provinciale affichait un «C» sur son bulletin.

Pour en arriver à cette note, une équipe de chercheurs a évalué la préparation aux inondations en se basant entre autres sur des critères tels que la gestion des urgences, l’évaluation des risques d’inondation et l’aménagement du territoire.

La Dre Louise Comeau, qui dirige le programme sur les changements climatiques du Conseil de la conservation du Nouveau-Brunswick, a félicité la Ville de Fredericton d’avoir amélioré sa note globale.

Selon elle, il reste cependant un travail important à faire pour mieux protéger les citoyens des inondations extrêmes. À son avis, la Ville de Fredericton devrait introduire des programmes incitatifs visant à aider les propriétaires à installer des clapets antiretour qui empêchent le refoulement des eaux usées, comme Moncton l’a fait il y a quelques années.

L’étude universitaire tend à démontrer que de nombreuses villes ont fait peu de progrès pour limiter les risques d’inondation au cours des cinq dernières années.

À l’échelle du pays, les villes d’Edmonton, de Regina et de Toronto font figure de bons élèves avec une note de «B+», alors que Winnipeg et Yellowknife sont derniers de classe avec une note de «D». -SL