Les crabiers pourraient prendre la mer très tôt ce printemps

La nature peut toujours nous réserver des surprises, mais si tout va bien, les crabiers de la Péninsule acadienne pourraient prendre la mer aussitôt qu’au début d’avril.

Les plus optimistes diraient même la fin mars, raconte Paul Robichaud, conseiller aux pêches à l’Association des pêcheurs professionnels crabiers acadiens.

Le comité d’ouverture de la saison de pêche, qui regroupe des pêcheurs, des transformateurs et des représentants du gouvernement fédéral, doit tenir sa première rencontre la semaine prochaine.

Son objectif est de choisir une date d’ouverture pour la saison de pêche dans la zone 12, qui englobe la majeure partie du golfe du Saint-Laurent.

«Pour le moment, les dates qui reviennent le plus souvent sont les premiers jours d’avril, ce qui serait quand même très bien», dit M. Robichaud.

L’an dernier, l’incertitude entourant le début de la pandémie de la COVID-19 a fait que les premiers casiers ont seulement été mis à l’eau à compter du 24 avril.

Plusieurs facteurs permettent aux crabiers d’espérer un départ hâtif. D’abord, en raison d’un hiver plus doux en général, la quantité de glace recouvrant le golfe du Saint-Laurent est plus faible que d’habitude.

De plus, la Garde côtière canadienne doit effectuer des travaux de déglaçage dans les eaux au large de la Péninsule acadienne et une entreprise privée a été retenue pour le déglaçage dans les ports de pêche de la région.

Le départ tardif en 2020 a eu des conséquences sur le déroulement de la saison. Les premières baleines noires ont fait leur apparition dans la zone 12 peu après et des quadrilatères dans le sud du golfe du Saint-Laurent ont commencé à être fermés à la pêche.

À un moment, vers le début de juin, la quasi-totalité des lieux fréquentés par les crabiers acadiens entre la Péninsule acadienne et les Îles-de-la-Madeleine ont été fermés à la pêche.

La baleine noire est une espèce menacée de disparition dont il ne reste que quelques centaines d’individus sur la planète. Ce mammifère migre dans le golfe du Saint-Laurent en été afin de se nourrir.

Le gouvernement fédéral a mis sur pied, dans les dernières années, une série de mesures afin de protéger ce cétacé, notamment des collisions avec des navires et des enchevêtrement dans des filets de pêche.

«La raison pour laquelle on veut sortir plus tôt, c’est qu’on sait que la baleine noire fait ses premières apparitions dans le sud du golfe vers le début mai. Donc, si on peut avoir un mois de pêche sans la présence de baleines et sans la fermeture de quadrilatères, ça donnerait la chance aux crabiers de pouvoir capturer une plus grande partie du contingent avant leur arrivée.»