Le marché de l’habitation est en pleine surchauffe dans le Grand Moncton ces derniers temps. Les maisons à vendre se font rares, les prix grimpent en flèche et rien n’indique que la tendance soit sur le point de s’inverser.

Rien ne semble vouloir ralentir le marché immobilier de la région, entré dans une véritable frénésie depuis la fin du printemps 2020.

En l’espace d’un an, le prix de la maison moyenne dans le Grand Moncton a augmenté de 28% pour atteindre 247 200$ en février 2021. Au quatrième trimestre de 2020, les ventes ont atteint un record en dépassant de 37% le niveau enregistré dans le dernier quart de 2019.

«On voit régulièrement des offres être faites le même jour où l’annonce est affichée», s’étonne Ryan Davison, président de Realtors du Grand Moncton, l’association qui représente les agents immobiliers de la région.

«De nombreux acheteurs n’obtiennent plus la première maison sur laquelle ils enchérissent.»

Autre élément marquant: les inventaires de propriétés à vendre sont à leur niveau le plus bas depuis les années 1990. Le nombre de résidences affichées sur le marché est passé de 584 en février 2020 à 287 le mois dernier.

Avec des prix sur la pente montante, de faibles stocks et des taux d’intérêt à leur niveau plancher, les conditions penchent largement en faveur des propriétaires-vendeurs qui ont le beau jeu quand vient le moment de faire le tri parmi les offres.

Les maisons se vendent rapidement et à fort prix à Moncton. – Acadie Nouvelle: Simon Delattre

Avantage au vendeur

Certains acheteurs n’hésitent pas à présenter des offres bien supérieures au prix demandé. Plusieurs clients potentiels hésitent encore à mettre une pancarte «À vendre» devant leur maison, de crainte de ne pas retrouver une autre propriété facilement.

Dans une analyse publiée la semaine dernière, la Société canadienne d’hypothèques et de logement, note que le marché immobilier du Grand Moncton présente désormais un degré de vulnérabilité élevé.

«Les ventes ont été soutenues par le solde positif de la migration interprovinciale, les bas taux hypothécaires et une reprise de l’emploi relativement forte au troisième trimestre», explique Tad Mangwengwende, analyste principal à la SCHL.

Il souligne toutefois que cette augmentation de la demande n’explique pas complètement les niveaux de prix observés.

«Ainsi, Moncton continue de présenter des signes élevés de surévaluation», écrit-il.

Pendant combien de temps encore ces conditions de marché vont-elles se maintenir? Selon Ryan Davison, le marché ne devrait pas s’équilibrer avant 2022 alors qu’on prévoit un retour en force de l’immigration.

«Pour 2021, nous nous attendons à un rythme similaire. Sur les premiers mois, nous continuons certainement à voir une accélération du nombre de transactions et de l’augmentation des prix.»

Son organisation rapporte en effet la vente de 545 résidences en janvier et en février, soit une hausse de près de 36% par rapport à l’an dernier.

Les maisons se vendent comme des pains chauds à Moncton. – Acadie Nouvelle: Simon Delattre

Moncton attire à l’extérieur de la province

L’accès à la propriété plus abordable séduit de plus en plus de résidents des grands centres urbains, prêts à venir s’installer dans les provinces de l’Atlantique. Bien qu’on ne dispose pas encore de statistiques à ce sujet, le constat est partagé par les entreprises spécialisées dans les déménagements, les inspecteurs et les courtiers immobiliers, assure Ryan Davison.

«Les professionnels à qui je parle me disent qu’environ la moitié de leur clientèle vient de l’extérieur de la province», décrit-il. «Ils font une visite virtuelle et ne découvrent la maison qu’au moment de recevoir les clefs!»

La province, le Conseil économique du N.-B. et les agences de développement économique des trois grandes villes du Sud tentent de surfer sur le phénomène. Plus tôt ce mois-ci, ils ont lancé une campagne de marketing pour tenter d’attirer des Canadiens d’autres provinces qui se sont mis au télétravail depuis le début de la pandémie. Nommée Vivez dans le moment NB, elle cible particulièrement les résidents des régions telles que Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver auprès desquels elle vante le faible prix des maisons.

Meaghan Beale, analyste à la Société de développement économique 3+, indique que 125 personnes touchées ont déjà démontré un intérêt.

«Plus de la moitié d’entre elles amèneraient leur(e) conjoint(e) avec elle et 40% s’installeraient avec leurs enfants», assure-t-elle.

– Acadie Nouvelle: Simon Delattre

Un marché locatif de moins en moins abordable

Le nombre de mises en chantier a décliné ces dernières années alors même que la région voyait sa population croître à un rythme jamais vu. Résultat: le loyer moyen d’un appartement avec deux chambres a augmenté de 19% depuis 2016, presque trois fois le taux d’inflation.

La semaine dernière, la députée de Moncton-Dieppe-Riverview, Ginette Petitpas Taylor, s’est émue du grand nombre de citoyens l’ayant alerté de hausses de loyer drastiques.

Malgré plusieurs projets d’immeubles réalisés l’an dernier, le taux d’inoccupation demeure très faible (2,8%).

«Cela reste préoccupant, observe Meaghan Beale. Dans un marché locatif en bonne santé, les taux d’inoccupation devraient se situer autour de 5 ou 6%.»

En 2019, l’immigration représentait les trois quarts de la croissance démographique. Marie-Pierre Poirier, coordinatrice régionale de la relocalisation pour Expansion Dieppe, observe que l’accès au logement est devenu un défi grandissant pour les nouveaux arrivants. Nombreux sont ceux à la recherche d’appartements à trois chambres desservis par le système de transport en commun.

Ils doivent cependant faire face à des les loyers élevés et des cas de discrimination.

«Ces défis ont malheureusement conduit un nombre assez important de familles nouvellement arrivées à quitter la région au cours de la dernière année», déplore Mme Poirier.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle