Nouvelle chaire de recherche sur le cannabis médical à l’UdeM

L’Université de Moncton lance une chaire de recherche collaborative afin d’étudier les effets thérapeutiques du cannabis.

Au cours des prochains mois, l’Université de Moncton mettra sur pied la Chaire de recherche en santé sur le cannabis thérapeutique, une initiative rendue possible grâce à un partenariat entre l’université, la Clinique la croix verte et la Fondation de la recherche en santé du Nouveau-Brunswick (FRSNB).

«Il y a de plus en plus de données probantes et d’évidences scientifiques qui montrent que les sous-produits du cannabis, seuls ou combinés à certaines médications, peuvent avoir des effets positifs pour traiter certains problèmes, que ce soit l’anxiété ou des douleurs chroniques, a expliqué lundi lors d’une conférence de presse Denis Prud’homme, recteur de l’Université de Moncton. On a besoin de plus de données pour être en mesure de les utiliser de manière sécuritaire et avoir un impact significatif.»

La nouvelle chaire de recherche bénéficiera d’un financement initial de 1 million $ sur cinq ans. Ce montant, qui proviendra de la Clinique la croix verte à Montréal et de la FRSNB, servira à mener divers projets sur le cannabis thérapeutique, notamment «l’étude de la diversité et de la spécificité de la réponse psychologique et physiologique de l’humain à l’administration de cannabinoïdes», les molécules actives du cannabis.

La FRSNB accordera 500 000$ à la chaire de recherche alors que la Clinique la croix verte fournira un montant équivalent en argent, en temps et en produits de cannabis qui seront utilisés dans le cadre des projets de recherche.

Les scientifiques qui travailleront au sein de la nouvelle chaire de recherche pourront aussi compter sur l’expertise de la Clinique la croix verte et de sa base de données qui contient de nombreuses informations sur «les bienfaits et les conséquences de l’usage à des fins médicales de divers cannabinoïdes».

Depuis août 2014, ce dispensaire situé à Montréal compile des données sur les effets du cannabis thérapeutique auprès de ses quelque 6000 clients qui prennent aussi des médicaments pour différentes maladies. La Clinique de la croix verte dit par exemple avoir observé que certains médicaments étaient plus efficaces ou présentaient moins d’effets secondaires chez les patients qui consommaient aussi du cannabis à des fins médicales.

«Nous avons une base de données assez volumineuse qui comprend plus de 250 pathologies différentes et plus de 750 médicaments qui sont pris avec du cannabis, explique Shantal Arroyo, directrice et cofondatrice de la Clinique la croix verte. On veut identifier quels cannabinoïdes peuvent aider en clinique pour la réponse du patient souffrant d’une pathologie donnée, qu’on puisse mettre des chiffres sur ce que nous observons depuis sept ans.»

Peter Brenders, directeur général de la FRSNB, a dit être emballé par ce nouveau partenariat, «une initiative qui va aider la province à bâtir son expertise afin d’en apprendre davantage sur les bienfaits et les risques associés au cannabis thérapeutique».

Denis Prud’homme ajoute que l’expertise et l’infrastructure de l’Université de Moncton, notamment le Centre de médecine de précision du Nouveau-Brunswick et le Centre d’innovation et de recherche sur le cannabis, viendront appuyer les activités de recherche de la chaire. Le tout s’inscrit dans le rôle de l’Université en tant que «catalyseur» d’innovation et de recherche au Canada atlantique.

«On aide la communauté à faire le passage à une économie du savoir en formant de nouveaux chefs de file, des acteurs et des bâtisseurs dans une panoplie de domaines», a affirmé le recteur.

L’Université de Moncton a lancé un concours afin de recruter le professeur titulaire de la Chaire de recherche en santé sur le cannabis thérapeutique.