Le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, a admis mardi que l’objectif des provinces de l’ Atlantique de rouvrir leur bulle régionale d’ici le 19 avril est dans un statut « précaire ».

M. King a déclaré aux journalistes que la situation de la COVID-19 dans la région était de plus en plus préoccupante et il prévoit que la réouverture lundi prochain de la « bulle Atlantique » sera retardée. Il s’attendait à ce qu’il y ait une annonce officielle plus tard mardi, après une rencontre virtuelle entre les quatre premiers ministres.

La directrice de la santé publique de l’île, Heather Morrison, ne signalait aucun nouveau cas mardi.

La « bulle Atlantique » avait été créée l’été dernier pour permettre aux résidants de toute cette région du pays de voyager entre les quatre provinces sans avoir à s’isoler pendant deux semaines à destination. Or, M. King souligne que la situation dans le reste du Canada s’est considérablement aggravée depuis que les premiers ministres de la région ont envisagé, il y a un mois, de rouvrir la bulle le 19 avril.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin, a même annulé une décision prise le 19 mars et annoncé le retour jeudi des restrictions de voyage à la frontière avec le Nouveau-Brunswick, en raison d’une augmentation des cas de variants dans cette province, surtout dans la région de Saint-Jean. Les personnes arrivant du Nouveau-Brunswick devront donc s’isoler à leur arrivée en Nouvelle-Écosse et remplir un formulaire d’enregistrement sécurisé.

La Nouvelle-Écosse signalait mardi six nouveaux cas de COVID-19 et compte maintenant 45 infections actives.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a lui aussi convenu mardi que l’objectif d’ouvrir la « bulle Atlantique » lundi prochain était maintenant « en péril ». Les responsables de la santé publique au Nouveau-Brunswick visent à offrir à tous les adultes au moins une dose de vaccin d’ici la fin de juin, mais M. Higgs ne croit pas qu’il faudra attendre ce moment pour rouvrir la « bulle Atlantique ».

« La bulle Atlantique a été un succès et si on reprend le contrôle ici (au Nouveau-Brunswick), je ne voudrais pas attendre la fin du mois de juin », a-t-il dit à La Presse Canadienne.

Le Nouveau-Brunswick signalait mardi quatre nouveaux cas de COVID-19: trois dans la région d’Edmundston, qui est en confinement, et un autre dans la région de Saint-Jean. Tous ces cas sont des contacts de cas déjà confirmés.

Une partie de la région sanitaire d’Edmundston, soit la ville elle-même et la région du Haut-Madawaska, est toujours en confinement strict. La santé publique a par ailleurs recensé une source possible d’exposition à Edmundston: à la Banque Nationale, rue de l’Église, les 8 et 9 avril.

À Terre-Neuve-et-Labrador, le premier ministre Andrew Furey a admis qu’il surveillait lui aussi de près la situation au Nouveau-Brunswick. Il attendait la réunion des premiers ministres, mardi, avant de se prononcer sur le sort de la « bulle Atlantique ». Les autorités sanitaires de Terre-Neuve-et-Labrador ont signalé mardi une nouvelle infection, portant le nombre de cas actifs dans cette province à 11.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle