Nouvelle Écosse: commémoration des 22 victimes d’une cavale meurtrière

Plusieurs activités de commémoration sont prévues dimanche en Nouvelle-Écosse en la mémoire des 22 victimes d’une cavale meurtrière dans cinq communautés, qui avait commencé à Portapique, il y a exactement un an.

Un message du premier ministre Justin Trudeau sera notamment diffusé lors du service commémoratif «Nova Scotia Remembers Memorial Ceremony».

La cérémonie qui se déroulera à l’église de Truro First United Church sera fermée au public, à cause de la pandémie, mais l’événement sera transmis en direct par des médias locaux et en webdiffusion sur Facebook.

Le service commémoratif débutera à 15h, heure locale, soit une heure plus tôt à Montréal pour ceux et celles qui désirent suivre l’événement.

La cérémonie sera précédée par une minute de silence.

Des enseignants et des politiciens doivent notamment prendre la parole et plusieurs prestations musicales sont prévues. Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin, participera également au service commémoratif organisé par la « Nova Scotia Remembers Legacy Society ».

Une marche pacifique est également organisée près du détachement de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Bible Hill, près de la ville de Truro, où des proches des victimes ont déjà manifesté leur mécontentement face à l’intervention de la GRC dans ce qui s’est avéré l’une des pires tueries de masse de l’histoire du Canada.

Les 18 et 19 avril 2020, un homme déguisé en policier de la GRC a assassiné 22 personnes en Nouvelle-Écosse et le traitement de cette horrible tragédie par la police fédérale fait toujours l’objet d’un examen minutieux.

Les événements s’étaient échelonnés sur 13 heures alors que l’assassin, un homme de 51 ans, a tiré sur des gens alors qu’il était habillé en policier de la GRC et qu’il conduisait une réplique d’autopatrouille.

Muni de plusieurs armes semi-automatiques, il a mis le feu à des propriétés et tué 13 personnes à Portapique avant de quitter la région. Il a tué neuf autres personnes le lendemain, dans le nord et le centre de la Nouvelle-Écosse, avant d’être abattu par un policier dans une station-service à Enfield, environ 90 km au sud de Portapique.

Plusieurs personnes ont reproché à la police fédérale d’avoir tardé à émettre l’alerte publique sur Twitter concernant le faux véhicule de police, soit au lendemain des premiers meurtres.

Un an après la tragédie, les Néo-Écossais se recueillent à nouveau. Les drapeaux de la législature provinciale ont été mis en berne à l’aube dimanche à Halifax et resteront ainsi jusqu’au couché du soleil lundi.

Plusieurs marches et activités de financement ont également été organisées dimanche dans la région de Truro. L’argent amassé sera dédié à un monument commémoratif permanent.