Budget fédéral: quels impacts pour le Nouveau-Brunswick?

Près de 600 pages et une panoplie de nouvelles mesures, le budget de Chrystia Freeland multiplie les dépenses. Le Nouveau-Brunswick en profitera-t-il?

Services de garde

L’une des mesures phares du budget 2021-2022 est la création d’un système pancanadien de garderies, à l’image de celui du Québec. Avec cet engagement de plus de 30 milliards sur 5 ans, Ottawa veut réduire de 50% les frais de garde préscolaires d’ici 2022, et souhaite que ces frais coûtent en moyenne 10$ par jour d’ici 2026

Au Nouveau-Brunswick, le coût moyen associé à la garde d’un enfant s’établit à 36,21$ par jour. Une aubaine pour la province et ses défis démographiques?

L’idée ne semble en tout cas pas séduire le premier ministre Blaine Higgs qui se demande quel engagement sera attendu de la province pour la mise en place du programme, notant que plusieurs initiatives fédérales impliquent une participation provinciale équivalente.

Le chef progressiste-conservateur suggère que cette promesse vise avant tout à récolter des sièges en Ontario.

«Quelles sont les zones les plus touchées par ce problème? L’Ontario et la région de Toronto. C’est un budget électoral», dit-il.

Santé

Ottawa ne haussera pas ses transferts en santé, comme le réclament les provinces qui appelaient le gouvernement fédéral à faire passer sa part du financement de 22% à 35% des dépenses en la matière.

Blaine Higgs ne cache pas sa déception.

«Il n’y a aucune mention de ce que demandaient tous les premiers ministres provinciaux. Notre système de santé est en crise à cause de la COVID-19, déplore-t-il. Pour l’un des plus gros budgets de l’histoire, c’est un gros coup manqué.»

Mesures de soutien

Au Nouveau-Brunswick, l’immense majorité des mesures d’aide liées à la pandémie sont venues d’Ottawa. Le robinet se fermera progressivement: la Prestation canadienne de relance économique (la PCRE, qui a remplacé la PCU l’an dernier) sera prolongée de 12 semaines, pour un total maximal de 50 semaines, d’ici au 25 septembre.

Elle sera toutefois graduellement réduite à moins de 300$ par semaine d’ici l’automne. La subvention salariale sera elle aussi prolongée jusqu’au 25 septembre. Mais elle sera progressivement de moins en moins généreuse, à compter du 4 juillet, passant d’un maximum de 847$ par semaine par travailleur à 226$ en septembre.

Cela ne satisfait pas le premier ministre néo-brunswickois qui juge que ces mesures «encouragent un système dans lequel les gens n’ont pas besoin de travailler».

«Toutes les entreprises de notre province ont besoin de voir le monde reprendre le travail», ajoute Blaine Higgs.

Logement abordable

Priorité de villes comme Moncton, le soutien logement abordable bénéficiera également d’importants investissements fédéraux. Cela passe avant tout par un financement de 2,5 milliards $ sur sept ans à la Société canadienne d’hypothèques et de logement, dont une grande partie ira à la construction d’un «minimum» de 4500 unités.

Langues officielles et éducation

Un financement de 121,3 millions $ sur trois ans ira à l’ éducation postsecondaire dans la langue de la minorité et 81,8 millions $ sur deux ans viendront appuyer la construction, la rénovation et le développement des espaces éducatifs et communautaires qui desservent les communautés de langue officielle en situation minoritaire. À cela s’ajoutent 8,3 millions $ en vue de la modernisation de la Loi sur les langues officielles.

Face à ces annonces, la présidente de la Société nationale de l’Acadie, Louise Imbeault, affiche un «optimisme prudent», rappelant que la modernisation n’a pas encore été votée. Elle espère que le détail budgétaire comportera une enveloppe pour assurer le maintien du financement des célébrations entourant la Fête nationale de l’Acadie, comme cela a été le cas en 2019 et 2020.

Tourisme, Arts et culture

Au total, Ottawa prévoit investir 1,9 milliard $ d’ici 2025-2026 pour le grand thème du «rétablissement du tourisme, des arts, de la culture et du sport», secteurs lourdement touchés par la crise sanitaire.

Cela inclut notamment un fonds d’aide au tourisme de 500 millions $, administré par les agences de développement régional.

Travailleurs saisonniers

Le projet pilote saisonnier d’assurance-emploi sera prolongé d’une année supplémentaire, jusqu’en octobre 2022.

«La mesure offrirait jusqu’à cinq semaines supplémentaires de prestations régulières d’assurance-emploi aux prestataires saisonniers dans 13 régions du Canada atlantique, du Québec et du Yukon», décrit-on dans le budget.

Bioéconomie forestière

Le secteur forestier bénéficiera d’un financement de 54,8 millions $ sur deux ans pour les projets de développement de biomatériaux (biocarburants, bioplastiques, matériaux de construction durables).