COVID-19: aucun nouveau cas mardi au N.-B., mais un premier cas de thrombose

La Santé publique du Nouveau-Brunswick a annoncé pour la première fois en un peu plus d’un mois aucun nouveau cas de COVID-19, mardi.

Le nombre de cas actifs s’élève maintenant à 139. Il s’agit d’une baisse importante par rapport à la veille. Ce nombre était alors de 158.

Il y a un mois, il y avait 49 cas actifs dans la province.

Vingt-et-un citoyens sont hospitalisés en raison de la COVID-19, dont huit aux soins intensifs.

Ces totaux sont les mêmes que lundi.

La médecin-hygiéniste en chef de la province, Dre Jennifer Russell a tout de même exprimé sa déception que le nombre de nouveaux cas quotidiens dans la zone 4 demeure plutôt constant depuis le confinement.

Elle a invité les gens qui ressentent des symptômes de la COVID-19 à se faire vacciner le plus rapidement possible.

Elle a ajouté que certaines personnes ne prenaient pas les règles d’isolement au sérieux, ce qui contribue à la propagation du virus dans la région.

Le Nouveau-Brunswick a aussi ouvert la vaccination aux personnes de 65 ans et plus mardi. Il y aura 19 000 places disponibles dans les cliniques organisées par les réseaux de santé au cours des prochaines semaines.

Caillots sanguins

La Dre Russell a de plus indiqué qu’un premier cas de caillots sanguins à la suite de l’injection du vaccin AstraZeneca a été observé au Nouveau-Brunswick.

La personne touchée, qui est dans la trentaine, avait reçu le vaccin à la mi-mars. Elle est maintenant rétablie.

Ce caillot sanguin est associé à de faibles taux de plaquettes dans le sang, et les médecins le qualifient de thrombocytopénie immunitaire thrombotique induite par un vaccin.

Dre Russell a indiqué que des cas comme celui-ci étaient rares et touchaient environ une injection sur 100 000 ou 250 000.

«Le vaccin aide à prévenir les risques bien plus élevés associés aux infections à la COVID-19.»

Elle a ajouté que le gouvernement continuerait d’avoir recours au vaccin AstraZeneca.

Toutefois, le Nouveau-Brunswick ne touchera pas pour l’instant à la limite d’âge pour pouvoir obtenir le vaccin AstraZeneca, qui est de 55 ans.

L’Ontario et l’Alberta, entre autres, ont réduit cet âge à 40 ans, et le Québec l’a réduit à 45 ans mardi.

«La situation est différente à d’autres endroits. Ici au N.-B, on va continuer avec notre plan pour donner le vaccin à des gens de 55 ans et plus», a dit la Dre Russell.

Elle n’a toutefois pas écarté la possibilité de modifier l’âge limite si jamais de nouvelles données deviennent disponibles et qu’il y a un besoin pressant pour ce vaccin.

Le N.-B. fait appel aux travailleurs de la santé

Une troisième vague de la COVID-19 fait des ravages en Ontario. Les provinces de l’Atlantique se sont concertées pour tenter de venir en aide à cette province.

Alors que Terre-Neuve-et-Labrador enverra des travailleurs de santé de première ligne en Ontario, le Nouveau-Brunswick ne peut simplement pas libérer suffisamment de travailleurs.

La ministre de la Santé du N.-B, Dorothy Shephard, a expliqué que les réseaux de santé Vitalité et Horizon n’ont pas le personnel nécessaire pour venir en aide à l’Ontario.

Elle a toutefois annoncé que tout travailleur de la santé qui est à la retraite ou qui veut se porter volontaire pour aller y travailler sera le bienvenu.

Le gouvernement s’engage à rembourser toutes les dépenses de ces personnes et à payer leur salaire.