Mort de George Floyd: Derek Chauvin coupable des trois chefs d’accusation

L’ex-policier Derek Chauvin est reconnu coupable des trois chefs d’accusation qui pesaient contre lui, dont celui de meurtre au deuxième degré, relativement à la mort de George Floyd il y a un an.

Le verdict, rendu après une dizaine d’heures de délibérations sur deux jours, a été lu mardi en fin d’après-midi à Minneapolis, une ville sous tensions après les violences ayant éclaté au printemps dernier.

Le jury multiethnique, anonyme et isolé du monde extérieur, avait repris ses délibérations dans la matinée mardi, tandis que des élus et des concitoyens exprimaient leurs propres opinions sur l’affaire explosive qui a déclenché des manifestations contre le racisme un peu partout aux États-Unis.

Derek Chauvin, âgé de 45 ans, a été reconnu coupable par le jury de meurtre au deuxième degré, de meurtre au troisième degré et d’homicide involontaire au deuxième degré.

Son visage était dissimulé par un masque pour se protéger de la COVID-19, et peu de réactions pouvaient être vues à l’exception de ses yeux parcourant la salle d’audience.

Sa caution a été immédiatement révoquée. Il a été emmené les mains menottées dans le dos, et il pourrait se retrouver derrière les barreaux pendant quelques décennies.

L’accusation la plus grave peut entraîner une peine maximale de 40 ans de prison. Les observations sur la peine se tiendront dans deux mois.

Le verdict a été lu dans un palais de justice entouré de barrières de béton et de barbelés et patrouillé par les troupes de la Garde nationale, dans une ville en proie à une autre vague de perturbations — non seulement à cause de l’affaire Chauvin, mais également à cause de la mort par balle d’un jeune Noir, Daunte Wright, lors d’une intervention policière dans une banlieue de Minneapolis le 11 avril.

Des gens ravis des verdicts contre Derek Chauvin ont inondé les rues environnantes du centre-ville en apprenant la nouvelle. Les voitures klaxonnaient et les gens traversaient la circulation en agitant des banderoles.

Les applaudissements de membres de la famille Floyd réunis dans une salle de conférence de Minneapolis pouvaient être entendus depuis la pièce voisine alors que les verdicts sur les trois chefs étaient lus.

Alors qu’à l’intérieur de la salle, le juge demandait aux jurés s’ils étaient parvenus à un verdict, un silence est tombé sur la foule de 300 personnes dans un parc adjacent au palais de justice, avec des gens écoutant les débats sur leurs téléphones portables. Lorsque les verdicts de culpabilité ont été annoncés, la foule a rugi, de nombreuses personnes s’étreignant, certaines versant des larmes.

Janay Henry, qui vit à proximité, a déclaré qu’elle se sentait reconnaissante et soulagée.

À l’intersection où George Floyd a été maintenu pendant de longues minutes sous le genou du policier, une foule a scandé: «Un de parti, trois à venir!», en référence à trois autres agents dans cette affaire.

Trois autres anciens policiers de Minneapolis sont accusés d’avoir aidé et encouragé Derek Chauvin relativement à la mort de George Floyd, et seront traduits en justice en août.

L’identité des jurés dans le procès de Derek Chauvin a été gardée secrète et ne sera pas divulguée tant que le juge n’aura pas décidé qu’il est sécuritaire de le faire.

Un dossier «accablant», selon Joe Biden

Dans la journée, à Washington, le président Joe Biden avait qualifié le dossier d’«accablant». M. Biden a affirmé qu’il avait parlé à la famille de George Floyd lundi et «ne pouvait qu’imaginer la pression et l’anxiété qu’ils ressentaient».

«Ils forment une belle famille et ils appellent à la paix et à la tranquillité, quel que soit le verdict», a déclaré M. Biden. «Je prie pour que le verdict soit le bon. Je pense que c’est accablant, à mon avis. Je ne dirais pas cela si le jury n’était pas isolé en ce moment.»

Le président Biden avait dénoncé à plusieurs reprises la mort de George Floyd, mais s’était abstenu jusqu’à mardi de commenter le procès lui-même.

Les procureurs ont fait valoir que le policier blanc Derek Chauvin avait fauché la vie de George Floyd en mai dernier en s’agenouillant sur le cou de l’homme noir de 46 ans pendant neuf minutes et demie. La défense soutenait que le policier, immédiatement congédié, avait agi raisonnablement et qu’une maladie cardiaque et une consommation de drogues illégales avaient entraîné la mort de George Floyd.