Des conseillers nouvellement élus à Kedgwick demandent à l’administration actuelle de repousser après les élections le processus d’appel d’offres concernant un contrat lié aux travaux publics.

Comme deux autres de ses confrères, Guillaume Deschênes-Thériault a été élu par acclamation le 9 avril, date de la fin des mises en candidatures pour les élections municipales. Les trois candidats victorieux se sont rendus, mardi, à la dernière rencontre du conseil de cette communauté rurale afin de demander aux élus actuels de ne pas hâter de décisions qui impliqueraient le futur conseil sur une longue période.

Ceux-ci avaient notamment en tête un contrat pour les travaux publics ne pouvant être effectués avec la machinerie ou la main-d’œuvre appartenant à la municipalité. Ce contrat est venu à échéance en octobre dernier. Depuis, le conseil en poste fonctionne à la pige, c’est-à-dire qu’il fait appel au besoin à l’ancien titulaire du contrat jusqu’à ce que le nouveau soit attribué.

Avec l’arrivée de l’été et la possibilité de devoir procéder à plusieurs travaux, le conseil actuel a voulu remédier à la situation et régler la question du contrat à long terme.

«Ce qui nous préoccupe, c’est qu’on ne sait pas combien de temps nous devrons attendre avant d’avoir les résultats des élections en raison de la situation à Edmundston. Ça risque d’être repoussé pendant combien de temps, quelques semaines, quelques mois? Ce serait risqué de baigner dans l’incertitude et d’attendre», dit-elle.

L’appel d’offres en vue doit en principe se terminer à la fin du mois. L’ouverture des enveloppes, elle, doit avoir lieu le 4 mai, soit moins d’une semaine seulement avant le scrutin.

Continuer à la pige

Pour M. Deschênes-Thériault, il n’y a toutefois pas lieu de se presser inutilement pour parapher une nouvelle entente avec un entrepreneur.

Selon lui, rien n’empêche le conseil actuel de continuer de fonctionner à la pige jusqu’à l’assermentation des prochains élus.

«On le fait déjà depuis quelques mois, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas continuer ainsi quelques semaines. Par la suite, cette question pourrait devenir la priorité du nouveau conseil», dit-il.

Bien qu’opposé à l’initiative du conseil actuel, il n’en remet toutefois pas l’intégrité.

«Je ne crois pas que le conseil soit de mauvaise foi, car après tout ce contrat est bel et bien échu. Par contre, ce n’est peut-être pas le meilleur timing pour le faire. En raison de la proximité des élections, il me semble que ce serait plus opportun d’attendre et de laisser au prochain conseil entreprendre cette démarche, surtout qu’on parle d’un contrat de deux ans, donc de la moitié de notre mandat», exprime le jeune candidat élu.

À la fin du conseil municipal mardi, son dernier avant le scrutin, la mairesse a voulu calmer le jeu et a proposé aux nouveaux conseillers d’assister à l’ouverture des enveloppes cachetées des soumissionnaires.

«On veut être très transparent avec eux, leur montrer qu’il n’y a pas de cachotterie. Prendre part à ce processus à titre d’observateurs leur donnerait d’ailleurs une certaine expérience de ce qui les attend puisque ce sont trois nouveaux élus», a souligné Janice Savoie.

La mairesse a par ailleurs indiqué qu’elle étudierait, avec son conseil, la suggestion de repousser l’appel d’offres sans toutefois promettre quoi que ce soit.

Elle précise au passage qu’il s’agit d’un processus très rigoureux et que dans la très grande majorité des cas, le conseil endosse de toute façon le plus bas soumissionnaire.

«Sinon, on doit justifier notre décision», rappelle-t-elle.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle