L’Union des municipalités du Nouveau-Brunswick a récemment honoré l’ancien maire de Dalhousie, Clem Tremblay, pour l’ensemble des services rendus à sa communauté en lui décernant le Prix commémoratif Louise Breau.

Natif de Chandler en Gaspésie – où un aréna porte son nom –, l’ancien hockeyeur professionnel a néanmoins passé une grande partie de sa vie à Dalhousie qu’il considère comme sa ville d’adoption.

«Je suis arrivé ici à l’âge de 25 ans pour jouer au hockey avec les Rangers, et je ne suis jamais parti. J’aurais pu continuer dans la Ligue américaine encore quelques saisons, mais je venais d’avoir un petit garçon et j’étais à la recherche de stabilité, d’un futur après ma carrière. Et c’est ici que je l’ai trouvé», a-t-il raconté à l’Acadie Nouvelle.

C’est l’actuel conseil municipal de Dalhousie qui a soumis le nom de son ancien maire à l’Union des municipalités du N.-B. Le Prix commémoratif Louise Breau vise à souligner la détermination et le leadership d’un élu municipal. Cet honneur a été officiellement remis à M. Tremblay lors de l’AGA de l’organisation en octobre dernier. La plaque commémorative a été remise lundi soir au lauréat lors de la dernière réunion du conseil municipal de Dalhousie avant le déclenchement des élections.

Conseiller pendant 18 ans puis maire pendant trois mandats, M. Tremblay ne l’a pas eu facile.

Sous sa gouverne, la ville portuaire a traversé l’une des pires crises de son existence. Coup sur coup, elle a vu son hôpital être convertie en Centre de santé communautaire ainsi que ses principaux moteurs économiques – l’usine de pâtes et papier AbitibiBowater, son usine de produits chimiques et la centrale thermique d’Énergie NB – fermer leurs portes.

Autrefois prospère, la ville peine encore aujourd’hui à se remettre des contrecoups de ces départs qui ont entraîné plusieurs centaines de licenciements et le départ de nombreuses familles.

«On a eu nos hauts et nos bas, comme tous les conseils municipaux. Ç’a frappé fort, mais c’étaient des événements étaient hors du contrôle du conseil, un peu comme la COVID-19 aujourd’hui. Il a fallu manœuvrer dans tout cela du mieux qu’on pouvait», souligne l’ancien maire.

L’ancien maire de Dalhousie, Clem Tremblay, avec sa plaque commémorative du Prix Louise Breau de l’Union des municipalités du Nouveau-Brunswick. – Acadie Nouvelle Jean-François Boisvert

Aujourd’hui, l’ancien maire profite de la retraite et a fait une croix sur la politique, du moins en partie, puisque son nom figure sur la liste des candidats des prochaines élections, cette fois pour un poste de conseiller au sein du conseil d’administration de la Régie régionale de la santé Vitalité.

«J’ai beau être à la retraite, j’ai toujours en moi cette volonté d’aider ma communauté. L’avenir des soins de santé – et notamment de notre hôpital régional et de notre centre de santé communautaire ici à Dalhousie – c’est quelque chose qui me préoccupe énormément et c’est pourquoi j’ai décidé de faire un retour. On doit protéger nos acquis», souligne M. Tremblay.

À noter que quatre autres Restigouchois ont reçu le Prix commémoratif Louise Breau au cours depuis sa création en 1994, soit les anciens maires Raymond Lagacé (Atholville, 1997), Hugh Morris (Charlo, 2006 à titre posthume) et Sandy MacLean (Dalhousie, 2009), ainsi que l’ancien conseiller de Dalhousie, Robert Harquail (2012).

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle